La plateforme collaborative de jeux vidéo Roblox a fait des premiers pas remarqués à la Bourse de New York mercredi, atteignant une capitalisation de 46 milliards de dollars à la clôture. L'action, introduite au prix de référence de 45 dollars sous le symbole RBLX, a conclu en hausse de 54% à 69,50 dollars.

Mercredi, la société a fait son entrée sur le New York Stock Exchange (NYSE) via une cotation directe et non par une introduction traditionnelle. En ayant recours à cette méthode, comme l'avaient déjà fait des entreprises comme Spotify, Slack ou Palantir, Roblox n'émet pas de nouvelles actions.

Mais les actionnaires déjà présents au capital -les fondateurs, les employés et les premiers financeurs - vont pouvoir vendre leurs participations sur le marché.

Lire aussi: Ruée sur les entrées en bourse dans la tech

Près de 33 millions de joueurs quotidiens en 2020

Fin janvier, Roblox avait annoncé une nouvelle levée de fonds la valorisant 29,5 milliards de dollars (24 milliards d'euros). La plateforme, dont la popularité a explosé au plus fort de la pandémie de coronavirus, héberge des jeux directement conçus par ses utilisateurs. Sur le modèle de YouTube et ses youtubeurs, Roblox est aussi une plateforme qui rémunère, par micro-transactions, ses créateurs de jeux, en herbe ou plus sophistiqués. En 2020, 1250 d'entre eux ont ainsi gagné 10 000 dollars avec le partage de leurs jeux et 300 ont empoché plus de 100 000 dollars. Roblox les paie en Robux, une monnaie électronique convertible en espèces.

Elle revendiquait près de 33 millions de joueurs quotidiens en 2020. La plateforme est également devenue un réseau social à part entière, «une communauté» et «un lieu de co-expérience humaine», selon les mots du PDG David Baszucki, un entrepreneur canadien de 58 ans, féru de logiciels de simulation qui a lancé Roblox en 2006.

Pour poursuivre la lecture: Le jeu vidéo ne connaît pas (encore) la crise

Le chiffre d'affaires de Roblox a grimpé de 82% l'an dernier pour s'établir à 924 millions de dollars (776,9 millions d'euros). Mais l'entreprise, qui engage d'importantes dépenses pour son infrastructure informatique et la protection des données en plus de la rémunération de ses développeurs, n'est pour l'instant pas rentable.