«Nous sommes en phase de validation auprès de la Commission fédérale des banques pour lancer des fonds quantitatifs. Ils sont gérés de manière algorithmique et basés sur des modèles mathématiques développés par Swissquote. Ces modèles contrôlent le risque en maximisant l'espérance de gains. Nous prévoyons leur lancement au début du quatrième trimestre 2008», confie au Temps Marc Bürki, patron et cofondateur de Swissquote, en marge de la présentation des résultats semestriels mardi à Zurich.

Dans un marché légèrement haussier, ces derniers ont été bien accueillis. Le titre du leader suisse du négoce boursier en ligne s'inscrivait en hausse de 2,5% à 40,50 francs.

106 nouveaux clients chaque jour

Dans l'environnement de crise des marchés financiers, Swissquote est parvenu à enregistrer une très légère hausse de ses revenus. Ils atteignent 54,6 millions de francs, soit une progression de 0,1% par rapport au premier semestre de l'an dernier. «Nous sommes parvenus à attirer de nouveaux clients. Ils ont ainsi compensé le recul du nombre de transactions par client par année. Celui-ci s'élève à moins de vingt, soit son plus bas niveau depuis plusieurs années», souligne Marc Bürki.

Grâce en moyenne à la venue de 106 clients supplémentaires chaque jour, Swissquote a engrangé un afflux d'argent frais de 740 millions de francs durant les six premiers mois de l'année. La barre des 100000 clients a été franchie. Avec au total 104247 clients, soit une hausse de 36,5%, le leader suisse du négoce boursier en ligne dispose d'avoirs en dépôts de 5,5 milliards de francs. «Nous maintenons notre objectif pour cette année d'afflux d'argent frais à 1,2 milliard et de 25000 nouveaux clients», précise Marc Bürki.

Des transactions depuis l'iPhone

Quant au bénéfice net, il s'élève à 22,3 millions, soit une baisse de 9%. «Nous avons eu des dépenses opérationnelles plus élevées. Elles concernent le marketing et l'aménagement de nos bureaux à Gland et à Zurich», commente Marc Bürki.

Au-delà, Swissquote poursuit son développement avec de nouveaux services. Suite à la sortie de l'iPhone d'Apple, le groupe vaudois a mis au point une application qui permet à leurs clients d'avoir accès à leur portail d'informations financières. Les cours des options et des actions sont disponibles. «Les clients peuvent aussi effectuer en direct des transactions à partir de leur téléphone portable», se réjouit Paolo Buzzi, cofondateur de la société qui emploie 233 collaborateurs.

Lancé en mai dernier, le compte épargne a jusqu'à présent attiré 1000 nouveaux clients. «Ce résultat est réjouissant. Grâce à des opérations de marketing, nous comptons en gagner quelques milliers supplémentaires d'ici à la fin de l'année», estime Marc Bürki.

Avec un taux de base annuel de 1,61%, il rémunère les épargnants de manière beaucoup plus généreuse que la concurrence.