Commerce

Plus d’un milliard de francs de bijoux sont arrivés en Suisse

Dans le secteur des bijoux et de la joaillerie, les importations ont presque doublé par rapport à l’an dernier. Les douanes évoquent des «retours de marchandises»

La reprise économique mondiale améliore mois après mois les chiffres du commerce extérieur suisse. C’est aussi valable pour les importations. En novembre, elles ont progressé de 16,4% par rapport à l’an dernier.

Mais l’ampleur de cette hausse est à relativiser. Comme le montrent les chiffres publiés jeudi par les douanes suisses (AFD), la bijouterie et la joaillerie ont fortement contribué à cette augmentation. Par rapport à novembre 2016, la progression des arrivées en Suisse atteint 83%, soit 541 millions de francs de plus qu’il y a un an.

Des invendus ou des retours d’expositions

En un seul mois, l’équivalent de 1,17 milliard de francs de bijoux et d’articles de joaillerie est ainsi entré en Suisse. Ou plutôt, revenu en Suisse. Ce sont surtout des retours de marchandises, expliquent les douanes. Des rachats de pièces auprès des détaillants, comme cela a été le cas pour l’horlogerie?

Un professionnel de la branche n’y croit pas du tout. La conjoncture joaillière de ces dernières années n’est pas celle de l’horlogerie. Le secteur n’a pas eu à gérer des problèmes de stocks trop abondants. «Une partie de cette hausse est probablement liée à l’exportation puis à la réimportation de biens destinés à des expositions à l’étranger, ajoute Sébastien Dupré, le chef de l’analyse à l’AFD. Considérant la valeur de certaines pièces, ces chiffres peuvent varier fortement.»

Lire aussi: Chez Richemont, la joaillerie sauve à nouveau les meubles

Il existe pourtant des procédures d’admission temporaire – justement pour les foires ou les expositions – qui ne feraient pas apparaître ces allers-retours dans les statistiques. Mais les entreprises exposantes préfèrent souvent la voie normale – exportation, réimportation. Car les procédures d’admission temporaire exigent le dépôt d’une garantie, qui, au vu des montants en question, peut atteindre des sommes importantes.

Contactée par Le Temps, la marque de Richemont Van Cleef & Arpels n’a pas souhaité faire de commentaire. Cartier, également propriété du groupe genevois, n’a pas pu répondre à nos questions jeudi.

Production délocalisée

Une autre partie de cette hausse pourrait être expliquée par la tendance à la délocalisation. C’est en tout cas l’hypothèse de Vincent Michel, joaillier indépendant basé à Lausanne. Lui travaille avec des artisans locaux. Mais il observe ce phénomène dans la joaillerie de masse: «La Thaïlande, notamment, produit et exporte beaucoup de pièces. Les techniques d’impression 3D sont désormais à la portée de tous. Pour les revendeurs, importer depuis ce genre de pays à bas coûts permet d’être compétitif sur un marché difficile, tout en conservant ses marges.» Depuis la Thaïlande, 8,9 millions de francs de bijoux ont été importés en novembre. Une progression de 114% par rapport au même mois de 2016. Sur onze mois, la hausse atteint 62%. Trois fois plus que la moyenne.

Lire aussi l’interview de Nicolas Bos: «Au SIHH, Van Cleef & Arpels est un peu exotique»

Mais sur le 1,2 milliard de francs de valeur importée le mois dernier, plus de 42%, soit 517 millions, proviennent des Emirats arabes unis. Un total 3,5 fois plus élevé que l’an passé. Les envois de bijoux et d’articles joailliers en provenance des Etats-Unis ont, eux, plus que doublé, à 101 millions de francs. A noter aussi que depuis le Koweït, les importations atteignent 38,7 millions. C’est sept fois plus qu’en novembre 2016.


Les exportations ont bondi de 9,5% – ATS

Dopé par des hausses de prix, le commerce extérieur de la Suisse s’est montré dynamique en novembre

Alors que les exportations ont bondi de 9,5% sur un an après correction des jours ouvrables, les importations se sont, elles, envolées de 16,4%.

En termes réels, soit corrigés de l’inflation, les exportations ont augmenté de 4,4% à 20,1 milliards de francs, a indiqué jeudi l’Administration fédérale des douanes (AFD). Par rapport au mois d’octobre et après désaisonnalisation, elles sont reparties en hausse de 1,5%, après une contraction de 1% en octobre, approchant même le niveau record de mai.

Les importations ont augmenté en termes réels de 6,8% en l’espace de douze mois à 17,4 milliards de francs. Sur une base désaisonnalisée et en comparaison mensuelle, elles ont plafonné à un haut niveau pour un quatrième mois d’affilée, s’étoffant de 2,1%. Au final, la balance commerciale boucle avec un excédent de 2,4 milliards de francs.

Les véhicules lanterne rouge

Tous les groupes de produits ont soutenu les exportations, seul celui des véhicules accusant un repli en variation annuelle (–7,1%). Les produits chimiques et pharmaceutiques ont apporté la plus forte contribution aux exportations de la Suisse, les livraisons augmentant sur le mois sous revue de 7,4% ou 596 millions de francs, à 8,6 milliards.

Avec les articles textiles, l’habillement et les chaussures (+20,9% à 426 millions), les métaux ont poursuivi sur leur lancée, les envois décollant de 20,2% à 1,31 milliard. Le secteur des instruments de précision a également tiré profit d’une vive demande, ses exportations progressant de 15,1% à 1,54 milliard de francs. Les envois de machines et de produits électroniques ont crû de 9,2% à 3,09 milliards, alors que ceux de l’horlogerie ont gagné 6,3% à 1,98 milliard.

La bonne tenue des exportations de machines (+7,6% à 2,08 milliards de francs), a en particulier reposé sur l’envol de 19,2% à 748 millions des livraisons de machines-outils. La branche de la bijouterie et de la joaillerie a également enregistré une belle progression, ses envois affichant une expansion de 9,5% à 1,17 milliard.


Nouvelle hausse des exportations horlogères en novembre – ATS

La tendance positive dans l’horlogerie suisse s’est poursuivie en novembre, confortant un peu plus la branche dans une reprise restant toutefois inégale. Les exportations du secteur ont progressé de 6,3% sur un an, à près de 2 milliards de francs.

Les exportations horlogères sont ainsi en hausse continue depuis sept mois, a indiqué jeudi la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). De janvier à novembre, le bilan est également positif, avec des ventes à l’étranger cumulées en hausse de 2,8% sur un an à 18,25 milliards de francs.

En novembre, les principaux débouchés ont alterné les fortes hausses et les baisses modérées. Hongkong (+4,4%) a notamment confirmé sa reprise avec son huitième mois positif de l’année.

Toujours orientée à la hausse, la Chine (+39,8%) a affiché sa plus forte croissance des 30 derniers mois. Le Japon (+22,5%) a connu un deuxième mois de progression, reflétant sans doute l’augmentation de la demande liée au tourisme, notamment chinois, note la FH. Toujours dans le négatif (–0,4%), les Etats-Unis continuent toutefois de se redresser progressivement.

Publicité