Place financière

La plus grande banque chinoise viendrait aussi s'installer en Suisse

Une deuxième banque chinoise devrait ouvrir ses portes à Zurich cette année, selon le site Finews. ICBC, la plus grande banque au monde, ne se limiterait pas aux changes, mais offrirait aussi la gestion de fortune 

Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), la plus grande banque du monde en termes de bilan et la deuxième selon la capitalisation boursière, devrait s’implanter en Suisse en septembre, selon le site spécialisé Finews. Elle aurait transmis une demande de licence bancaire à la Finma.

Ce serait la deuxième banque chinoise à offrir des services de changes en renminbi. La China Construction Bank (CCB) a en effet ouvert ses portes à Zurich il y a trois mois. La métropole alémanique est le troisième centre financier européen, aux côtés de Londres et Francfort, ayant le statut de hub du renminbi.

Egalement pour les caisses de pension?

L’information de la venue d’ICBC n’est pas confirmée à Finews par les autorités suisses de surveillance, mais par le conseiller national PLR Hans-Peter Portmann. Par ailleurs, le parlementaire, membre de la direction de LGT, a ajouté qu’ICBC ne se contenterait pas des transactions de changes. Le groupe chinois, qui a réalisé son entrée en bourse en 2006, se lancerait aussi dans la gestion de fortunes et les services auprès des caisses de pension.

A lire aussi: La banque centrale suisse signe un protocole avec son homologue chinoise sur le renminbi

ICBC gère 125 milliards de dollars d’actifs privés, ce qui en fait un modeste acteur dans le private banking. Mais la direction a exprimé ses intentions de devenir un leader global. Le groupe pourrait gérer en Suisse les fortunes de clients chinois. Mais pour cela, il faudrait encore que la Suisse et la Chine signent un accord. Hans-Peter Portmann a fait une intervention dans ce sens au parlement.

A lire aussi: La reconnaissance symbolique de la puissance chinoise

Finews rappelle que la Bank of China avait déjà été tentée par la gestion de fortune, à Genève. Mais elle s’était retirée après 4 années infructueuses et avait vendu ses activités à Julius Baer.

Publicité