Technologie

Le plus gros data center de Suisse consommera autant que 26 000 habitants

La société suisse Safe Host inaugure ce jeudi à Gland (VD) le plus grand centre de données du pays. Son directeur, Gerard Sikias, affirme que la sécurité est une préoccupation majeure, notamment après les récentes cyberattaques

Plus de 14 000 mètres carrés destinés à accueillir des serveurs informatiques, de gigantesques cuves de fioul pour faire fonctionner des génératrices durant trois jours en cas de panne de courant, une consommation électrique qui équivaudra à celle de 26 000 habitants… Ce jeudi, la société suisse Safe Host inaugure le plus grand centre de données du pays à Gland (VD), juste à côté de la ligne ferroviaire Lausanne-Genève.

«Le volume de données à stocker explose et les besoins de sécurité augmentent, notamment après les récentes cyberattaques, explique Gerard Sikias, cofondateur et directeur de Safe Host. Plusieurs clients nous ont appelés ce week-end et nous avons pu les rassurer.»

Un stockage «plus sûr et moins coûteux»

Safe Host, fondée il y a quinze ans par trois associés, ouvre près de Nyon son troisième centre de stockage de données, après ceux de Plan-les-Ouates (GE) et d’Avenches (VD). «De plus en plus d’entreprises n’ont plus les compétences ou les moyens pour gérer à l’interne leurs données. Il est beaucoup plus sûr et moins coûteux de les stocker dans un data center, où nous investissons en permanence pour que nos systèmes de sécurité soient à jour», poursuit l’entrepreneur. 

Lire aussi: Un centre suisse pour le Big Data de la science

Gerard Sikias l’admet: aucun centre de données ne pourrait résister à l’attaque ciblée de la part d’un Etat. «Mais nous avons bien sûr les moyens de nous prémunir contre des attaques. La sécurité est notre atout majeur, même si nos clients sont responsables de leur infrastructure.» Le centre de Gland – que Safe Host a voulu éloigner de Genève pour, par exemple, éviter que les deux centres ne soient touchés par une même secousse sismique – comprend aussi des bureaux, où pourront travailler les employés de clients qui ont subi un incendie ou une inondation.

Attaquer de nouveaux marchés

Ce mercredi, lors de la visite, Gerard Sikias slalome entre les ouvriers et les pelleteuses. Les travaux ne sont pas finis, mais une partie du centre est déjà opérationnelle. «Nous avons déjà un client et prévoyons de mettre en service un bloc de 1800 m2 tous les 18 mois. Ce sera certainement, au final, le plus grand centre de Suisse», explique le directeur.

Lire aussi: «Pour les entreprises, le Big Data est une révolution aussi importante qu’Internet»

Des organisations internationales, les plus grandes banques et multinationales genevoises comptent parmi les clients de Safe Host, dont le centre de Plan-les-Ouates est plein à 85%. «Avec celui de Gland, nous allons attaquer le marché vaudois, mais aussi fribourgeois et neuchâtelois via le centre d’Avenches.» Là, Safe Host a repris le data center (2400 m2) de Yahoo!, qui avait quitté la Suisse en 2013.

«Auparavant, les entreprises nous communiquaient leurs besoins en mètres carrés. Mais la miniaturisation des serveurs, qui sont de plus en plus gourmands en énergie, a incité l’industrie à faire payer en fonction de la consommation électrique», explique Gerard Sikias. Les serveurs situés à Gland seront refroidis via un système de ventilation dernier cri – il s’agit d’aérorefroidisseurs adiabatiques.

Nombre d’employés doublé

Le gigantesque bâtiment de Gland, haut de trois étages et situé sur une parcelle de 23 000 m2, aura coûté plus de 80 millions de francs pour le gros œuvre. Quel sera le prix final? «Il faut compter entre 10 000 et 12 000 francs par mètre carré pour un centre de données», glisse Gerard Sikias. La facture sera donc de plus de 144 millions de francs, que Safe Host, en mains privées, finance via sa trésorerie et des emprunts. La société réalise un chiffre d’affaires annuel «de plusieurs dizaines de millions de francs» et compte 35 employés – il y en aura à terme 40 à 60 de plus avec le centre de Gland.

Pour Gerard Sikias, la croissance de sa société n’est pas terminée. «Nous pourrions participer au mouvement de consolidation au niveau européen et en Suisse en rachetant d’autres centres, nos ambitions sont élevées.» Il ne voit pas, à court terme, Google ou Amazon construire un centre de données en Suisse. «Ils préfèrent les édifier près des grands centres mondiaux de population.» Safe Host pourrait quant à elle viser des clients européens dans les prochaines années.

Publicité