Plus de rachats et de fusions

Des cimentiers, des banques, des groupes pharmaceutiques ou encore des voyagistes et des chocolatiers qui en avalent d’autres. «Le marché des fusions et acquisitions suisse a enregistré un résultat exceptionnel au premier semestre 2014», a annoncé lundi EY (anciennement Ernst & Young).

La société d’audit et de conseil a compté 154 transactions au deuxième trimestre, soit 21% de plus qu’au cours des trois premiers mois de l’année et 10% de plus qu’il y a un an. Le montant de ces opérations de fusion et acquisition croît davantage. Il atteint 82,1 milliards de francs, contre 20 milliards entre janvier et mars, selon EY. «Il s’agit là du volume le plus important jamais enregistré depuis le lancement» de son rapport trimestriel en 2008, fait-elle valoir.

Pour Stefan Rösch-Rütsche, responsable des fusions et acquisitions d’EY Suisse, cité dans le communiqué, «les cinq plus grosses transactions enregistrées sur tout le premier semestre 2014 ont eu lieu au cours du deuxième trimestre, ce qui explique le volume de transactions record» comptabilisé d’avril à juin.

Lafarge-Holcim en tête

Quelles sont les quatre plus grandes opérations, toutes annoncées en avril? La fusion La­farge-Holcim (40,99 milliards de francs), la division oncologie de GSK rachetée par Novartis (14,17 milliards, en avril), Novartis Vaccines par GSK (6,24 milliards) et Xstrata Pérou repris par Citic (5,12 milliards).