Appartements

PLZ automatise l’investissement immobilier pour les privés

L’algorithme développé par la petite société zurichoise calcule un rendement potentiel en quelques secondes. Les données, prix de vente et loyers, sont collectées sur une vingtaine de portails internet en Suisse

PLZ automatise l’investissement immobilier pour les privés

Appartements L’algorithme de la société calcule un rendement potentiel en quelques secondes

Le service pourrait s’étendre à l’étranger et aux grands investisseurs

Un privé a 150 000 francs à investir dans l’immobilier? Il y a un appartement de 50 m2 en vente à ­Genève qui peut lui rapporter 8,1% de rendement net par an. Mais, à Thoune, un logement de 92 m2 offre 15,7% de retour sur investissement. Pour seulement 100 000 francs de mise.

Il n’aura fallu que quelques secondes à Philippe Lasser pour obtenir ces résultats. Cet entrepreneur, ancien de la banque Baring Brothers Sturdza, de Bank of Montreal et de National Bank of Canada, établissement pour lequel il a créé en 1995 le premier logiciel de négoce d’actions en ligne, s’est appuyé sur son algorithme maison.

Armé de ce «programme d’automatisation unique en Suisse», il a décidé de fonder PLZ à Zurich, en 2013, neuf ans après avoir créé le fonds immobilier privé LGAS. «Nous sommes capables de calculer le revenu locatif potentiel à une échelle industrielle», résume le patron et unique actionnaire de la société.

Le principe est assez simple. PLZ récolte les données contenues dans les annonces d’une petite vingtaine de portails internet en Suisse. C’est aussi sur ces sites que sont collectées les données qui servent de comparaison – les loyers.

Ainsi, le programme calcule, en fonction des loyers proposés dans la localité en question, une simulation de loyer brut. En d’autres termes, ce que l’investisseur serait en mesure d’exiger de son futur locataire. Le revenu locatif net est finalement obtenu en soustrayant les frais accessoires et les charges hypothécaires dont devra s’acquitter le propriétaire.

L’appartement de Genève pourrait être loué 1607 francs par mois. Celui de Thoune 1817 francs. En termes de prix, ce sont des objets qui correspondent aux critères de la société, qui veut se cantonner à des logements qui se situent «dans la moyenne des objets disponibles» à un endroit donné.

Aujourd’hui, PLZ compte une quinzaine de clients. Le plus modeste d’entre eux dispose de 80 000 francs. Le plus ambitieux de 1,2 million. Pour ce dernier, «nous allons viser plusieurs objets, ou un petit immeuble locatif. Nous devrions sinon nous intéresser à des biens d’une valeur supérieure à 3 millions de francs. Ce n’est pas un segment dans lequel nous recommanderions d’investir», insiste Philippe Lasser.

Le prix n’est pas le seul critère qui conduit PLZ à dénicher «une dizaine d’objets intéressants par semaine» dans toute la Suisse. Le rendement, mais aussi le loyer, la localisation, le style ou la surface peuvent être éliminatoires. «A partir de 150 m2, il s’agit généralement d’appartements destinés à des familles, potentiellement plus lentes à se décider», justifie par exemple le patron d’une équipe de quatre personnes.

Sa prestation, PLZ la facture 1250 francs. Elle inclut la livraison d’un nombre illimité de rapports de recherche, durant trois mois. Pour ceux qui cherchent à acquérir de petits immeubles locatifs, le tarif est plus élevé, car une partie du calcul de l’estimation du revenu locatif reste à faire manuellement.

Pour éviter une surenchère contre-productive, «nous essayons de ne pas envoyer le même rapport à deux clients», indique encore Philippe Lasser. Qui, par conséquent, est très conscient que la limite de son modèle se situe dans le nombre d’opportunités à saisir sur le marché suisse. Selon lui, PLZ serait capable d’accompagner une cinquantaine d’investisseurs simultanément. Pas davantage.

Mais le logiciel offre d’autres opportunités de croissance à PLZ. Philippe Lasser n’exclut pas d’étendre le service à d’autres pays. Mais aussi de vendre des informations sur mesure à des gérances ou à des investisseurs de plus grande importance.

Le plus modeste client actuel de PLZ dispose de 80 000 francs. Le plus ambitieux de 1,2 million de francs

Publicité