Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les patrons des petites et moyennes entreprises suisses ont confiance dans la conjoncture des États-Unis. Ils espèrent y augmenter leurs exportations.
© CARLO ALLEGRI

Exportations

Les PME se mettront à l’heure américaine en 2016

Les États-Unis constituent l’un des marchés les plus prometteurs pour les exportateurs suisses, selon un sondage. Cette année, le franc devrait perdre 11% face au dollar

Les États-Unis suscitent un regain d’intérêt des exportateurs suisses. Selon un sondage de l’organe de promotion Switzerland Global Enterprise (S-GE), 44% des petites et moyennes entreprises (PME) disent vouloir exporter dans ce pays dans les six prochains mois. Pour 29% des sondés, les États-Unis devraient même constituer leur deuxième marché d’export à la fin de l’année, derrière l’Allemagne mais devant la France.

Chef conseil chez S-GE, Alberto Silini rappelle que les PME exportatrices traversent une période difficile et cherchent de nouveaux marchés lucratifs: «Beaucoup d’entreprises veulent se renforcer aux États-Unis. Elles y recherchent l’expansion commerciale mais aussi une certaine proximité culturelle.»

Une tendance qui démontre la foi des PME dans la conjoncture américaine. La croissance du PIB atteindra 2,3% en 2016, contre 1,7% dans la zone euro, selon les prévisions de Credit Suisse. De plus, selon la banque, le franc suisse devrait, sur le courant de l’année, perdre encore 11% de sa valeur par rapport au dollar, facilitant les exportations sur ce marché.

Selon le baromètre des exportations de Credit Suisse, la demande étrangère pour des produits suisses se maintiendra en 2016. Près d’un tiers des PME (31,5%) s’attend à une augmentation de leurs exportations au prochain trimestre, contre 32,3% au trimestre précédent, selon le sondage de S-GE réalisé sur un panel de plus de 200 PME.

Marché chinois prometteur

Au niveau des nouveaux marchés, c’est la Chine qui suscite le plus d’enthousiasme parmi les exportateurs. En effet, 14% d’entre eux citent ce pays comme débouché vers lequel ils souhaiteraient se tourner, en dépit des doutes suscités par son économie ces derniers mois. Credit Suisse prévoit une croissance de 7% ces douze prochains mois.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)