Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Un employé de l’entreprise de panneaux solaires Designergy en 2016.
© PABLO GIANINAZZI/KEYSTONE

Tendance

Les PME se montrent confiantes sur l’avenir de leurs exportations

Les deux tiers des PME interrogées dans le baromètre trimestriel de Credit Suisse et Switzerland Global Enterprise tablent sur une nouvelle croissance de leurs ventes à l’étranger. L’industrie MEM et la chimie sont les plus optimistes

L’embellie du climat à l’exportation se confirme au deuxième trimestre en Suisse, malgré la multiplication des barrières commerciales. Le baromètre des exportations de Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère en produits helvétiques, affiche la valeur «réjouissante» de 2,49 points, selon le sondage trimestriel réalisé par la grande banque et Switzerland Global Enterprise (S-GE), publié jeudi. L’indicateur confirme les prévisions pour l’ensemble de l’année, qui tablent sur une croissance des exportations de 4%.

Pour Credit Suisse, la plus forte croissance est attendue dans les branches cycliques comme l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (MEM) et la chimie, des secteurs qui avaient énormément souffert du franc fort ces dernières années. Les exportations pharmaceutiques devraient aussi augmenter, mais moins fortement.

Près de 20% des PME s’attendent à une hausse de plus de 10%

Dans l’ensemble, la grande banque considère les perspectives comme très prometteuses pour les six prochains mois. Même sans grandes impulsions attendues dans l’important secteur pharmaceutique, les exportations devraient connaître une hausse généralisée.

Les attentes à l’export des PME de Switzerland Global Enterprise indiquent un niveau record de 78,3 points au début du 2e trimestre. Près des deux tiers des PME interrogées entendent augmenter leurs exportations lors des trois prochains mois.

Si 47% des entreprises tablent sur une hausse de leurs ventes à l’international comprise entre 1% et 10%, 16% d’entre elles visent une croissance entre 10% et 25%. Seulement 3% des PME misent sur une hausse encore plus importante et 4% s’attendent à un recul.

L’Allemagne reste incontestablement le premier marché à l’exportation, un pays où 83% des PME ont l’intention de vendre des biens au cours des six prochains mois. La France (66%) et les Etats-Unis (54%) viennent ensuite.

Augmentation des tendances protectionnistes

Si les conditions économiques mondiales et le potentiel de croissance à l’international restent prometteurs, les barrières commerciales se multiplient dans le monde entier, relèvent Credit Suisse et Switzerland Global Enterprise. Les PME suisses prennent cette tendance très au sérieux.

La moitié d’entre elles estiment que les opportunités de croissance restent inchangées depuis cinq ans, alors que l’autre moitié pense au contraire qu’il est plus difficile de se développer à l’international.

Parmi les motifs cités, figurent en premier lieu l’instabilité des taux de change, mais aussi l’augmentation des tendances protectionnistes dans de nombreux pays, la complexité des droits de douane et la prolifération des exigences et des normes produits.

Une majorité (52%) de PME s’attend à ce que de nouvelles barrières commerciales apparaissent au cours des cinq prochaines années. Si 35% d’entre elles disent ne pas être dissuadées pour autant, 37% vont y regarder à deux fois avant de se lancer sur un nouveau marché.

L’entrée sur le marché russe est considérée comme très compliquée par les exportateurs, de même qu’en Iran, en Chine et au Brésil. A l’inverse, les pays les plus faciles d’accès sont l’Allemagne, la France et l’Autriche.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)