C’était entre août et octobre. Entre les deux vagues de coronavirus, et alors que l’arrivée de la deuxième d’entre elles n’était pas encore considérée comme acquise. C’est le moment qu’a choisi Credit Suisse pour lancer un sondage auprès d’un bon millier de petites et moyennes entreprises (PME) suisses encore sonnées par un printemps paralysé.