Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

L’œil de l’expert

Polyglotte et ouverte, la Suisse attire les sociétés

Formation, langues, diversité: la Suisse est une sorte de paradis pour les entreprises internationales, qui sont de retour vers ce pays, indique notre expert, Charles Franier

L’œil de l’expert

Polyglotte et ouverte, la Suisse attire les entreprises

Qu’il est loin le temps où la Suisse, et en particulier Genève, n’avait qu’à ouvrir les bras pour accueillir les sièges internationaux! Au cours de ces dernières années, le nombre d’entreprises étrangères ayant implanté leur siège social ou leur quartier général en Suisse a baissé drastiquement. Il était même quasi nul en 2011-2012. Pourtant, la tendance s’inverse à nouveau depuis un an et les raisons d’implantation ne sont plus les mêmes que par le passé.

Dernièrement, je me suis entretenu avec le directeur général d’une société de biotechnologies souhaitant implanter son siège en Europe. But de cette opération: augmenter ses ventes sur le Vieux Continent. Il y a quelques années, ce responsable m’aurait sûrement annoncé que son choix serait de toute façon la Suisse et qu’il hésitait simplement entre Genève, Vaud, Bâle ou encore Schaffhouse. Mais aujourd’hui, cet homme m’accorde une heure de son temps avant d’aller visiter Dublin, Londres, Bruxelles, Munich et Amsterdam. Désormais, il est clair que la Suisse joue dans la même ligue que beaucoup d’autres capitales européennes, qui n’hésitent pas à proposer une fiscalité allégée et à faciliter les démarches administratives. Dans un contexte de ralentissement économique, attirer les multinationales sur le territoire est une nécessité, ce qui rend la concurrence internationale plus rude.

Avant de valoriser les mérites de notre Arc lémanique, je me force à jouer l’avocat du diable: difficultés à se loger, coût de la vie élevé, incertitudes fiscales, durcissement des conditions d’immigration, prix élevé de la main-d’œuvre… L’affaire n’est décidément pas gagnée. Et pourtant, ce dirigeant est là, devant moi, et il me faut bien lui vanter les atouts de la Suisse!

Je pourrais lui parler de l’attractivité fiscale du pays, qui demeure forte malgré les secousses, ou de la localisation idéale de Genève au cœur de l’Europe. Mais je choisis une autre perspective, celle que je connais le mieux. Elle est liée aux ressources humaines. C’est l’un des principaux défis posés lors d’une implantation à l’étranger: attirer, recruter et fidéliser des hommes et des femmes qui vont développer avec succès une nouvelle structure. Et sur ce point, la Suisse a largement de quoi rivaliser avec ses compétiteurs!

Outre la beauté de ce pays ou la qualité de vie dans ses villes, la Suisse donne aux entreprises désireuses de s’implanter sur son territoire de formidables arguments pour attirer les meilleurs collaborateurs: un environnement multiculturel, la performance d’un système éducatif ouvert sur le monde ou encore le dynamisme du marché de l’emploi, pour ne citer que quelques avantages.

Du reste, comme l’attestent nos statistiques, ces talents se trouvent déjà en Suisse: car sur les 2000 recrutements que nous avons effectués ces deux dernières années, seulement 18% ont nécessité l’obtention de permis de travail.

La force de travail suisse est effectivement hautement qualifiée. Les collaborateurs disponibles sur le marché de l’emploi sont la plupart du temps polyglottes et parlent les langues les plus importantes dans le monde des affaires européen. De par les spécificités de la société helvétique, ils sont également habitués à jongler entre différents univers culturels, ce qui est absolument indispensable dans une entreprise internationale. Par ailleurs, les passerelles entre les structures éducatives et le monde du travail permettent de former les jeunes en prenant en considération les besoins des entreprises, facilitant ainsi leur intégration professionnelle.

Ces atouts sont évidemment plus difficiles à chiffrer qu’un taux d’imposition ou qu’un loyer. Néanmoins, ils doivent être mis en avant lorsqu’on évoque la promotion économique de la Suisse. Ils s’ajoutent d’ailleurs à d’autres éléments très positifs: une législation souple, favorable aux entreprises, le tout complété par un système de Sécurité sociale et de retraite efficace et économique. Presque le paradis pour un employeur.

* Directeur général de Michael Page à Genève

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)