Les clients spéculateurs qui s'intéressaient à Swissquote il y a cinq ans se sont subrepticement transformés en clients gérant la totalité de leur fortune aujourd'hui via le Web. Surtout, ils sont toujours plus nombreux à utiliser le courtier en ligne vaudois.

Ainsi, sur le premier trimestre 2006, le nombre de clients a progressé de 8,4% par rapport au chiffre de fin 2005 pour atteindre 53 178 utilisateurs. «Nous allons assurément franchir les 60 000 cette année», estime Marc Bürki, patron de Swissquote, qui a présenté ses résultats trimestriels mercredi. La société de services financiers indique détenir 53% de parts de marché en Suisse - un marché particulièrement porteur si on le compare à l'Allemagne par exemple. A terme, la société de Gland vise les 200 000 clients. Pour y parvenir, la direction ne lésine pas sur les moyens marketing. La société, qui emploie 131 collaborateurs à Gland et à Zurich, compte également étoffer son équipe d'une quinzaine de personnes cette année.

Autre objet de satisfaction pour la société, la masse sous dépôt s'est étoffée sur un an, à près de 3,7 milliards de francs (+64%). Sur le premier trimestre, les revenus ont grimpé de 89% à 19,1 millions de francs et le bénéfice net s'est envolé de 294% à 9,9 millions.

Proposer plus de services

Pour Julius Bär, «le bon environnement et les marchés financiers ont dopé les ventes et les bénéfices du courtier en ligne». Les résultas sont largement supérieurs aux attentes des spécialistes. Conséquence directe: le titre prenait l'ascenseur mercredi après-midi en Bourse, en s'adjugeant une hausse de 15% à 315 francs. Impressionnant, surtout si l'on rappelle que le titre cotait à moins de 150 francs à fin 2005...

Quelle stratégie pour le futur? «Comme le profil des clients a évolué au cours des ans, nous devons nous adapter en proposant sans cesse de nouveaux services», explique Marc Bürki. Par exemple dès la mi-mai, Swissquote offrira la possibilité de passer directement les ordres d'investissement pour la Bourse de Londres.