Depuis huit ans, Peter Konrad, 56 ans, dirige Zellweger Luwa et ne s'en lasse pas. En outre, y travaillant depuis vingt et un ans, il affiche un fort attachement à cette société active dans la climatisation, les systèmes de détection pour l'air et l'eau et l'électronique pour l'industrie textile. Ce Zurichois d'origine a étudié à l'Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ). En 1971, il obtient sa licence d'ingénieur technique. Il débute sa carrière professionnelle dans le secteur bancaire, puis après un séjour à l'étranger, il se réinstalle à Zurich et commence comme responsable de la planification générale chez Zellweger Luwa. Une année plus tard, il se hisse au rang de la direction et en 1987, il est nommé directeur de l'entité Luwa, leader mondial dans les systèmes d'air conditionné. Quatre ans plus tard, il devient délégué du conseil d'administration qu'il présidera dès 1994. Aucun doute donc qu'il connaît de fond en comble la société qu'il dirige, mais cette qualité peut se révéler être un inconvénient lorsqu'il s'agit de réorienter la stratégie. En effet, selon certains observateurs extérieurs, le groupe zurichois se focalise trop sur Luwa, une des trois entités. Or cette unité affiche des marges opérationnelles très faibles. En 2001, les marges EBIT se montaient à seulement 1% alors que celles de Analytics, qui crée des instruments de contrôle de gaz, étaient de 12% et de 18% pour l'unité Uster, leader mondial dans la production des systèmes de contrôle de qualité pour le textile, qui occupe des parts de marché de l'ordre de 55%. «La stratégie poursuivie par la société consiste à développer une technologie simple. Or les deux autres unités, qui créent des produits plus complexes, présentent toutes les deux une forte valeur ajoutée», remarque Marc Schulthess, analyste financier chez Pictet. Ainsi vu de l'extérieur, Peter Konrad semble s'obstiner à continuer à développer des systèmes qui rapportent moins que ceux créés par Uster et Analytics. Mais peut-être qu'un jour cette décision portera ses fruits. En attendant, quelques éléments pourront peut-être davantage éclairer les actionnaires lorsque les résultats des neuf premiers mois 2002 seront présentés jeudi.