«Dans la situation actuelle de nervosité et volatilité des marchés financiers internationaux (...), il est fondamental que le Portugal démontre un ferme engagement politique dans la mise en oeuvre du programme de stabilité et de croissance, en vue de redresser les comptes publics et réduire le déficit extérieur par une récupération de la compétitivité», a déclaré le ministère des Finances dans un communiqué.

«Pour ce faire, il est crucial que, dès à présent, au moment où le parlement va examiner ce programme, soient envoyés des signaux clairs quant à la stabilité et au consensus politiques nécessaires à son application rapide», a ajouté le ministère.

Le gouvernement socialiste portugais, minoritaire au parlement depuis les législatives de septembre dernier, s’est engagé à ramener son déficit public de 9,3% du PIB en 2009 à 2,8% en 2013, selon son programme de stabilité et de croissance qui doit être remis dans les prochains jours à Bruxelles.

Ce programme, qui sera débattu jeudi au Parlement, est axé sur une réduction drastique des dépenses, avec un gel des salaires de la fonction publique sur quatre ans ainsi qu’un plafonnement des aides sociales.

Il prévoit également une hausse de l’impôt sur les plus hauts revenus, la suppression de bénéfices fiscaux, la relance des privatisations et le report d’investissements publics.