TRAVAIL TEMPORAIRE

Possible retour en Suisse romande du siège international d'Adecco

Projet en cours de gestation pour le leader mondial

Le leader mondial des services en ressources humaines, Adecco, devrait prochainement rapatrier son siège international de Californie vers l'Europe. Le journal alémanique Finanz und Wirtschaft, qui révèle l'information, parle même d'un très probable retour en Suisse romande, avec à la clef, la création de 20 à 50 postes. François Vassard, directeur auprès du siège américain de Redwood City (Ca), ne souhaite toutefois pas confirmer officiellement ce déménagement vers la Suisse: «Nous en parlons, mais ni le lieu, ni la date, ni les transferts de personnel ne sont encore fixés.» A «vue de nez», l'une des principales raisons à ce possible rapatriement d'Adecco sur le front européen réside dans le fait que le siège principal du groupe se trouve déjà à Lausanne. Autre motif possible: l'éclatement actuel des directions générales entre la France, la Grande-Bretagne et l'Espagne. Adecco s'est par ailleurs implanté il y a un an en Italie, où le travail temporaire n'est légal que depuis janvier 1998. Leader dans ce pays, le groupe y détient 25% des parts de marché, avec une centaine d'agences, sur un «gâteau» représentant 2 à 3 milliards de dollars. «Un marché au potentiel énorme», selon François Vassard.

Par ailleurs, le transfert des directions internationales pour les technologies d'information et les ressources humaines aux Etats-Unis n'affectera pas le marché américain qui pèse quelque 50 milliards de dollars et dont Adecco détient 6% des parts.

Adecco a pu confirmer sa position de leader en 1998, puisque pour les neuf premiers mois de l'année, le groupe affichait, contre toute attente, un chiffre d'affaires de 11,3 milliards de francs. Pour la seule Suisse, le chiffre d'affaires grimpait de 34%. Il bondissait à 77% aux Etats-Unis avec l'intégration de TAD Resources International et explosait en Italie avec la légalisation, cette même année, du travail temporaire. Ses coûts d'exploitation ont reculé de 14,5 à 13% des ventes, lui permettant de compenser ainsi une légère baisse des marges d'exploitation (de 4,4 à 4,3%).

Publicité