Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
PostFinance va supprimer 500 postes d’ici à 2020.
© GAETAN BALLY/Keystone

Social

PostFinance confirme la suppression de 500 postes

Après la procédure de consultation avec les syndicats, PostFinance confirme que 500 postes seront supprimés d’ici à 2020. Des mesures de compensation demandées par les collaborateurs seront mises en place. Les réactions des syndicats sont contrastées

PostFinance a bouclé la procédure de consultation autour de son plan de suppression de jusqu’à 500 postes d’ici à fin 2020 sur un succès mitigé. Certaines propositions soumises par les collaborateurs pour accompagner le plan social ont été retenues, assure le bras financier du géant jaune.

Celles-ci ne permettront toutefois pas de remplacer les résiliations ou modifications de contrats de travail envisagées, note le compte rendu publié mercredi. Le comité directeur a subséquemment confirmé les mesures prévues pour l’année prochaine sur le principe et validé leur mise en œuvre.

Les conseillers à la clientèle seront les plus affectés

Les négociations avec les syndicats Transfair et Syndicom ont permis d’établir une option de retraite anticipée à partir de 58 ans pour les collaborateurs concernés, ainsi qu’un soutien financier pour des formations continues. L’établissement rappelle au passage qu’il tentera de profiter des fluctuations naturelles pour procéder à l’élagage prévu des postes de travail.

Lire aussi: Face à la numérisation, PostFinance supprime 500 emplois

PostFinance avait fait part début juin de son projet de restructuration, invoquant une tendance à l’automatisation et à la numérisation des processus ainsi que des difficultés induites par la faiblesse des taux d’intérêt et l’inflation réglementaire. Les mesures affecteront en premier lieu les conseillers à la clientèle.

Les syndicats sont partagés

Les premières réactions de Syndicom et de Transfair s’avèrent contrastées. Le premier dénonce ainsi dans sa prise de position la «radinerie» de PostFinance, malgré des concessions pour les femmes et les employés à temps partiel. Le syndicat des médias et de la communication estime notamment que l’établissement dispose de moyens suffisants pour améliorer encore le plan social et les mesures d’accompagnement.

Transfair à l’inverse évoque un «succès réjouissant» des négociations, qui lui permet de revendiquer des améliorations significatives pour les personnes touchées par les réductions d’effectifs.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)