Horlogerie

Le potentiel de la troisième Apple Watch reste flou

En Suisse, la nouveauté la plus attendue de la dernière smartwatch d’Apple – la connexion cellulaire – arrivera seulement en fin d'année. Swisscom et Sunrise proposent déjà de nouvelles offres d’abonnement

De prime abord, les Suisses avaient de quoi sourire. Lors des récentes annonces faites par Apple, on apprenait que notre territoire faisait en effet partie des dix premiers pays dans lesquels il allait être possible d’exploiter la fonctionnalité la plus scrutée et la plus attendue de cette Apple Watch Series 3: la connexion cellulaire. En d’autres mots, cette montre lancée le 22 septembre est capable d’envoyer et de recevoir des coups de fils sans passer par l’iPhone.

Etape présentée comme décisive

Dans les faits, il va falloir faire preuve d’encore un peu de patience. Cette smartwatch dernière génération ne permettra à son utilisateur de s’émanciper du smartphone que «plus tard dans l’année» et seulement sur les réseaux de Swisscom et Sunrise. Aucune date précise n’est communiquée.

Le marché attend beaucoup de ce grand schisme entre montre et smartphone. C’est une étape souvent présentée comme décisive dans la bataille que se livrent horlogers traditionnels et géants des nouvelles technologies pour nos poignets. Jean-Claude Biver en est convaincu, lui qui déclarait il y a quelques semaines dans la presse alémanique que «l’indépendance vis-à-vis du téléphone portable est la solution» pour prétendre au succès des smartwatches. Le patron du pôle horloger de LVMH va même plus loin: selon lui, dans quelques années, le smartphone aura disparu au profit des montres connectées.

Lire aussi: Google part à l’assaut de la Watch Valley (13.09.2017)

Des concurrents au succès confidentiel

On n’y est pas encore, même si l’Apple Watch 3 n’est pas la première montre connectée à s’affranchir du smartphone. D’autres concurrents, comme la seconde édition de la LG Urbane, la Gear S de Samsung ou la croquignolesque Neptune Pine assurent en effet déjà cette fonctionnalité. Mais ces modèles n’ont connu pour l’heure qu’un succès confidentiel, notamment car il s’agit souvent de téléphones miniatures ou parce que plusieurs opérateurs attendaient sur Apple pour offrir de nouvelles options d’abonnement.

Lire aussi: Apple s’inspire comme jamais ses concurrents (13.09.2017)

Remplacer une prothèse numérique par une autre? Aux Etats-Unis, où il est déjà possible d’exploiter cette connexion cellulaire, les premiers échos sont assez tranchés. Certains s’extasient devant cette fonctionnalité permettant d’enfin de se défaire du smartphone et jugent l’effet «libérateur». D’autres se font plus critiques et pointent notamment des problèmes de connexion, par exemple lorsque la montre tente de se connecter à des réseaux wi-fi inconnus mais ouverts, ce qui bloque les fonctions cellulaires.

Un flou persiste en Suisse

Les raisons qui expliquent le délai de mise en route pour la Suisse ne sont pas claires. Apple ne donne pas de détail. Chez Swisscom, on assure que la balle est dans le camp de la multinationale américaine. Cette dernière «doit mettre à jour le logiciel de sa montre pour qu’elle soit compatible avec les réseaux suisses. Nous n’avons rien à faire de notre côté», assure un porte-parole. Un homologue de chez Sunrise estime, lui, «qu’il y a encore du travail tant au niveau logiciel du côté d’Apple que du côté de notre réseau». Chez Salt, on promet que la montre sera aussi «prochainement disponible» mais explique avoir choisi, pour l’heure, de «se concentrer sur la promotion de ses offres concernant l’iPhone 8 et l’iPhone X».

Frais supplémentaires

Quel que soit l’opérateur retenu, le client passera à la caisse. Car il devra ajouter à son propre abonnement une fonction permettant l’usage de son numéro par sa montre. Chez Swisscom, il faudra opter pour l’abonnement InOne (dès 60 francs par mois) et choisir l’option Multi Device. Cette option coûte 10 francs supplémentaires par mois (les six premiers sont offerts) pour 20 Go d’accès à Internet et des appels en Suisse illimités pour son deuxième appareil.

Chez Sunrise, téléphoner depuis sa montre coûtera 9 francs par mois et les neuf premiers mois sont offerts. Les volumes de données et d’appels disponibles seront les mêmes que ceux de l’abonnement pour le téléphone portable. Dans les deux cas, il reste un flou concernant les SMS: Swisscom et Sunrise laissent entendre qu’il ne sera pas possible d’en envoyer ou d’en recevoir, mais Apple assure le contraire dans sa communication.

Autres améliorations

Outre cette connexion cellulaire, cette Apple Watch troisième du nom offre quelques nouvelles fonctionnalités. Son capteur cardiaque est par exemple plus performant – il signale si, au repos, le cœur bas trop vite. Son processeur a été dopé et Apple promet que la montre va «70%» plus vite. Enfin, elle embarque désormais un baromètre. La durée de vie de la batterie est restée identique: environ dix-huit heures, avec un usage «normal».

Apple commercialise deux variantes de cette troisième version. Celle qui présente un point rouge sur la couronne – ce qui indique que la montre peut vivre sans smartphone – coûte 449 francs. La version sans point rouge s’achète 369 francs. En parallèle, Apple offre toujours la première version de sa montre pour 279 francs.

Publicité