Court-circuit

Comment le pouvoir russe s’infiltre dans les smartphones

Le pouvoir russe veut installer des logiciels de son choix dans tous les téléphones

Rares sont les pays à oser, sur internet, faire ce que la Russie tente de mettre en place. La semaine passée, la Douma, soit la Chambre basse du parlement russe, a adopté en troisième et dernière lecture un projet de loi qui impose l’installation de logiciels conçus par des entreprises locales sur les appareils électroniques vendus en Russie.

La loi, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet 2020, cible tout particulièrement les smartphones: Apple, LG, Samsung ou Huawei devront accepter que des logiciels tiers, choisis par les autorités russes, soient préinstallés à côté de leurs applications. Sinon, ils devront payer des amendes.

Lire aussi: La Russie met au point un intranet national

Le Kremlin n’a pas encore dit quelles applications développées en Russie seront imposées. Le but, officiellement, est de promouvoir le développement de programmes indigènes. Mais beaucoup craignent qu’il ne s’agisse surtout d’installer ainsi très facilement des systèmes de surveillance.

N’oublions pas que, en parallèle, la Russie tente de créer une sorte d'«internet souverain» capable de fonctionner indépendamment des serveurs étrangers. Officiellement, il s’agit de sécuriser le cyberespace national. Mais derrière se cache sans doute la volonté de contrôler encore mieux ce que font les internautes russes.


Chroniques précédentes: 

Apple, Google et Facebook se prennent pour des banques
Avec son visionnage accéléré, Netflix suscite la colère
Google sait tuer ses produits

Publicité