Credit Suisse a commencé à soumettre des offres de dédommagement aux clients lésés dans les suites de la faillite de Lehman. Pour autant, la banque continue d'essuyer une pluie de critiques.

René Zeyer, qui représente l'association d'entraide des victimes des placements dans Lehman (http://www.anlage-opfer.ch), critique en particulier les délais très courts proposés par Credit Suisse à ses clients pour accepter ou non une offre de dédommagement. Dans un premier temps, la banque ne leur accordait que 48 heures pour qu'ils se décident. Ensuite, elle a étendu ce délai à sept jours, précise le responsable. Il déplore aussi que l'ensemble des démarches soient proposées uniquement par téléphone. Les clients n'ont même aucune possibilité de rappeler Credit Suisse, relate René Zeyer dans les colonnes de la Neue Luzerner Zeitung. Un ensemble de pratiques qu'il juge peu digne d'une banque suisse sérieuse.

La FRC réagit

Cité par le Tages-Anzeiger, Hanspeter Häni, l'ombudsman des banques, considère, lui aussi, les délais accordés par Credit Suisse comme insuffisants. Mardi, la Fédération romande des consommateurs (FRC) est à son tour montée au créneau, réclamant que tous les épargnants se voient rembourser l'intégralité du capital investi. Elle précise que plus de 300 personnes se sont déjà inscrites sur la plateforme qu'elle a mise en place. De son côté, Credit Suisse maintient sa position en soulignant que l'établissement va examiner chaque cas concerné sur une base individuelle.

Reste que pour les clients qui ne correspondent pas exactement aux conditions définies par la banque (montant investi chez Credit Suisse inférieur à 500000 francs, au moins la moitié de la somme placée dans les produits de Lehman), recourir peut s'avérer difficile. La situation est d'autant plus délicate pour les personnes concernées qui entretiennent d'autres relations commerciales avec la banque. C'est le cas d'un client romand qui ne satisfait pas de justesse à l'une de ces deux conditions: «J'attends toujours une offre de la part de Credit Suisse. Elle n'est pas satisfaisante, j'hésiterais toutefois à déposer un recours en raison de mes autres engagements envers la banque.»