Un gérant de fortune est-il une simple interface entre la banque qui l’emploie et le client? Ou le client accorde-t-il davantage d’importance aux capacités personnelles de son gérant qu’à l’identité de la banque? Le Tribunal fédéral a penché pour la seconde hypothèse dans un dossier opposant une banque à un de ses anciens employés, parti vers un autre établissement (4A_116/2018), relève le site isuNet Droit bancaire.

Lire aussi: Pourquoi les banques suisses misent sur l’émotionnel