Pour la première fois en 210 ans d’histoire, Pictet publie le détail de ses résultats annuels

Banque Le groupe a payé 97 millions d’impôts en 2014. Et réalisé 173 millions de provisions

Pictet a publié mardi son rapport annuel ainsi que son rapport de gestion pour 2014. Grande première pour la banque privée qui a changé de statut l’année dernière pour devenir une société anonyme en Suisse ainsi qu’une société en commandite par actions pour ce qui concerne le regroupement de ses différentes entités.

Si l’établissement genevois avait déjà publié les principaux chiffres pour 2014 au mois de février – un bénéfice consolidé de 459 millions de francs, des actifs sous gestion de 435 milliards et des produits d’exploitation de 2056 milliards – ces deux rapports apportent toutefois leur lot de nouveautés.

On apprend ainsi, au détour de l’une des 43 pages du rapport annuel, que le groupe a payé l’année dernière quelque 97 millions de francs d’impôts. Pour un bénéfice consolidé de 459 millions de francs. Il apparaît en outre que la banque a réalisé des provisions – qui «couvrent des risques dont l’origine est identifiable et pour lesquels il est possible d’estimer une charge potentielle, y compris des frais juridiques, ainsi qu’un calendrier de paiement» – pour un montant total de 173 millions de francs dont 95 millions sont des provisions pour impôts latents. Contactée, la banque souligne toutefois que le règlement du dossier fiscal avec les Etats-Unis n’a pas été provisionné. Et qu’il ne fait donc pas partie de ce montant.

En parcourant le rapport annuel toujours, on apprend que le groupe comptait 3745 collaborateurs, équivalents plein-temps, au 31 décembre 2014. Dont 2400 environ en Suisse. Ces collaborateurs étaient répartis dans 17 pays et 26 bureaux. Il ressort, enfin, que le taux de rotation du personnel était de 4,76% l’année dernière.

48 personnes au capital

Pour ce qui concerne le collège des associés, on constate que si la banque en compte 7 aujourd’hui, elle en a vu passer 40 depuis sa fondation en 1805. Soit, en moyenne, 21 années passées au sein du collège pour chaque associé. Surtout, on apprend qu’ils sont en réalité 48 – associés compris – à participer aujourd’hui, d’une façon ou d’une autre, au capital du groupe.

Viennent enfin les différentes activités du groupe. Dans la gestion de fortune, l’activité historique de la banque, les avoirs sous gestion s’élevaient à 166 milliards de francs fin 2014. Pictet employait alors 686 collaborateurs dans ce secteur, dont 341 gérants. Le domaine de la gestion d’actifs, dans lequel le groupe s’est lancé en 1980, employait quant à lui 740 collaborateurs à la fin de l’année dernière. Pour des actifs sous gestion de 157 milliards de francs.

Reste les services («asset servicing») offerts aux gérants, gestionnaires et autres fonds de pension. Soit un rôle de banque dépositaire, d’administration et de gouvernance de fonds, ainsi que d’agent de transfert. Ce secteur employait 1000 collaborateurs à la fin 2014 pour des actifs en dépôt de 401 milliards de francs et des services liés aux fonds pour 192 milliards.