Court-circuit

La première victime de Facebook est exemplaire

Le site Little Things va disparaître, victime du changement d’algorithme de Facebook

C’est une première victime exemplaire que vient de faire Facebook. Mais il s’agit plutôt d’un suicide de la part du site Little Things. Celui-ci va disparaître, apprenait-on la semaine passée, victime du changement d’algorithme décidé par le réseau social.

Une chute de 75% de l’audience

Little Things est quasi inconnu en Suisse. Le site américain, spécialisé dans les conseils culinaires, les astuces de beauté ou des trucs pour son ménage, comptait tout de même 12 millions d’abonnés sur Facebook, qui représentait la base de son audience. En janvier, le réseau social décidait de modifier son algorithme pour privilégier les contenus de ses amis et de sa famille. Résultat: une chute de 75% de l’audience de Little Things, qui n’a pas d’autre choix que de disparaître et de licencier ses 100 salariés.

Lire aussi: Les médias, perdants de la réforme de Facebook

Ironie du sort, Joe Speiser, directeur de Little Things, estimait en 2016 que Facebook pourrait l’aider à croître. L’inverse s’est produit. La leçon est cruelle et elle vaut aussi pour les sites de presse: il ne faut surtout pas dépendre d’un partenaire – que ce soit Facebook ou Google – pour son audience, aussi séduisante soit sa base mondiale d’utilisateurs. Car ces géants d’Internet détruisent et créent des règles du jour au lendemain, dans leur seul intérêt.

Publicité