Allianz Suisse est la première assurance vie à publier ce chiffre très attendu dans les milieux du deuxième pilier. Elle a décidé de verser au titre de 2008 des rémunérations de 3,1% pour la part obligatoire du compte LPP et 3,4% pour la part surobligatoire, selon un communiqué. En cette phase de crise financière, les excédents sont donc importants. Ils dépassent le minimum légal, qui est aujourd'hui de 2,75%.

La société détient 6% du marché suisse de l'assurance vie collective, selon Bernd de Wall, porte-parole. Plus de 100000 employés, issus de quelque 10000 entreprises, ont confié leur prévoyance professionnelle à la fondation collective d'Allianz Suisse.

Cette annonce peut sembler précoce compte tenu de la forte volatilité des marchés. «Nous avons décidé de répondre aux questions de clients insécurisés par les marchés», explique la société. La rémunération des avoirs de vieillesse des autres assureurs sera connue ces prochains mois. Swiss Life publiera les siens au début 2009, selon Frank Keidel, son porte-parole.

Allianz Suisse met l'accent sur la continuité dans sa politique d'excédents et une stratégie de placement conservatrice. La part en actions est aujourd'hui de 4,3% après avoir été réduite de 0,3% au premier semestre. Le reste du portefeuille est placé en immobilier (13%), hypothèques (11%), obligations et prêts (69%) et liquidités (3%).

Pour Allianz Suisse, les rémunérations 2008 sont identiques à celles de 2007. L'an dernier, l'assureur a offert les meilleurs taux de rémunération du marché. Mais le calcul de cet excédent n'est pas partout identique. Les taux de rendement d'Allianz Suisse incluent l'excédent de risque, critique un concurrent. L'assureur rétorque qu'il présente des chiffres transparents et se base uniquement sur ce que reçoit le client, y compris la partie risque. Celle-ci était de 0,3% en 2007 et se limite à 0,1% en 2008.