Le Temps: Vous n'avez proposé ni nouveaux débits ni baisses de prix dans l'ADSL depuis décembre 2003. Faudra-t-il attendre l'ouverture du dernier kilomètre en 2007-2008 pour profiter de nouvelles offres?

Jens Alder: Le dernier kilomètre n'y changera rien, bien au contraire! Je vous rappelle que Cablecom est agressif et propose la téléphonie et Internet combinés. Nous allons lancer la télévision via ADSL dans quelques mois, ce qui supposera une augmentation des débits. Le dynamisme du marché est donc là.

– Certes, mais Cablecom souffre de problème de qualité pour son offre de téléphonie, et il ne couvre de loin pas tous les ménages…

– 80% des ménages, tout de même. Et je suis certain que Cablecom résoudra rapidement ses problèmes. Nous risquons nous aussi d'avoir des soucis techniques lors du lancement de notre offre TV.

– Mais pourrez-vous vous permettre de proposer un produit imparfait?

– Nous n'avons pas le choix, il nous faut être extrêmement agressifs et agir vite. Le risque est élevé. De plus, nous voulons proposer de nouveaux services et changer le comportement des consommateurs, ce qui augmente ce risque. Mais cela ne signifie pas que nous allons lancer un produit imparfait.

– Concernant la téléphonie mobile, le marché semble totalement figé…

– Je ne suis pas d'accord, car les prix pour les entreprises sont notamment très bas. Il n'y a aucun besoin d'une intervention supplémentaire du régulateur. La plus grande part de la différence des prix entre la Suisse et l'étranger s'explique par le niveau des prix plus élevés dans notre pays. De plus, la législation concernant les radiations est nettement plus sévère en Suisse.