Ce vendredi après-midi a été difficile pour les défenseurs de la vie privée. Durant plus de deux heures, le préposé fédéral à la protection des données, autour duquel se trouvaient ses homologues cantonaux de Suisse romande, a dressé un tableau sinistre de la situation. Leurs moyens sont dérisoires, les demandes des citoyens explosent et la situation évolue trop vite pour qu’ils puissent travailler correctement. Organisée par la Faculté de droit, des sciences criminelles et d’administration publique de l’Université de Lausanne, la conférence de vendredi était tenue à l’occasion de la Journée de la protection des données.