Urs Rohner aura résisté jusqu’au bout. Il se serait certainement laissé tenter par une présidence encore plus longue si les statuts de Credit Suisse ne limitaient pas la présence des administrateurs à douze ans et si plusieurs actionnaires ou conseillers d’actionnaires n’avaient pas menacé de s’opposer à sa réélection au printemps dernier s’il ne promettait pas de se retirer en 2021. La banque a proposé Antonio Horta-Osorio, directeur sur le départ de Lloyds, à sa succession.

Lire aussi: Un expert des restructurations présidera Credit Suisse