L’Irlande a signé sa «reddition» à l’Union européenne (UE) et au Fonds monétaire international (FMI) qui ont accepté un plan de sauvetage, estime la presse de l’île. Les médias prédisent la chute imminente du gouvernement responsable de la faillite. «Après deux semaines de mensonges flagrants, le gouvernement va mendier à Bruxelles, après la faillite du pays provoquée par ses politiques, écrivait lundi l’Irish Sun. Des bureaucrates non élus vont dorénavant gérer nos affaires. Cependant, il nous reste un pouvoir: celui de sanctionner ceux qui sont responsables d’avoir détruit notre nation. Le FMI et l’UE sauveront notre économie. Seuls nous pouvons sauver notre nation», estime le tabloïde.

Titrant sur «une reddition éhontée», l’Irish Daily Mail dénonce une «capitulation sans précédent». Il estime que le gouvernement, de centre droit, a «mis fin à 90 ans d’indépendance» et que «le drapeau blanc a été hissé».

A l’instar de l’ensemble de la presse, l’Irish Times appelle à la démission du gouvernement, très impopulaire. «Des élections anticipées sont nécessaires afin de mettre fin à cette ignominie. La coalition au pouvoir ne durera certainement pas jusqu’au printemps», croit le quotidien.

Quant à Irish Independent, il se félicite que, «enfin, quelqu’un contrôle ce pays. Malheureusement, ce quelqu’un est représenté par des équipes de l’UE, du FMI et de la BCE. Leur présence montre l’échec de la gestion de nos propres affaires. En clair, nous sommes en faillite», écrit le journal.