L’AVS court d’une hausse de la TVA à l’autre et peine à convaincre d’une hausse légale de l’âge de la retraite. Le deuxième pilier tente de modifier le taux de conversion de la partie obligatoire sans trop effrayer les électeurs-contribuables. Le nouveau projet des partenaires sociaux (Union patronale, Union syndicale suisse et Travail.Suisse) réduit aussi la déduction de coordination pour enfin tenir compte du travail à temps partiel. Mais en termes d’innovation, ce dernier projet fait un pas en arrière. Il introduit une nouvelle rente, soit un nouveau volet de répartition à un système basé sur la capitalisation. On casse les saines séparations entre les trois piliers du système suisse de prévoyance (répartition, capitalisation, épargne privée). Et on ajoute un volet de solidarité à un 2e pilier qui a déjà le tort de redistribuer annuellement 7 milliards de francs des jeunes aux retraités.