Le groupe industriel SIG vend ses sociétés italiennes Simonazzi (embouteillage) et Alfa (étiquetage) au suédois Tetra Laval. Les deux entités occupent 1500 collaborateurs. Elles ont dégagé des ventes de 320 millions d'euros (494 millions de francs) en 2004, soit environ le quart du chiffre d'affaires total du groupe.

Le prix de la transaction ne sera pas précisé, a indiqué SIG jeudi dans un communiqué. La société schaffhousoise spécialisée dans les machines et le matériel d'emballage procède avec cette opération à un recentrage sur les briques de carton. Cette opération avait été annoncée à l'avance, et l'identité de l'acheteur avait été pressentie dès le mois de novembre (LT du 13.11.2004).

SIG continue de se séparer de ses activités les moins rentables. Le groupe est actuellement en négociations avec plusieurs intéressés pour céder ses divisions Manzini et Comaco (stérilisation). Elles font partie, comme les sociétés vendues précitées, du segment bouteilles SIG Beverages.

Haute valeur ajoutée comme objectif

Le patron de SIG, Rolf-Dieter Rademacher, avait indiqué que l'entreprise ne disposait pas des ressources financières et humaines pour positionner ces quatre filiales de manière optimale. SIG entend désormais concentrer cette division sur les activités d'embouteillage à valeur ajoutée («value added bottling»). Dégageant des ventes de 100 à 120 millions d'euros, ce secteur «prometteur» en termes de croissance a déjà franchi le seuil de rentabilité au niveau opérationnel, selon M. Rademacher.

Les désinvestissements généreront un afflux de cash en 2005. Pour 2004 en revanche, la réorganisation de SIG devrait lui faire afficher des chiffres rouge vif, tant au niveau opérationnel que net. La suppression de 250 emplois dans le monde est d'ores et déjà programmée depuis quelques mois.

Le groupe schaffhousois s'est concentré en 2003 sur les divisions SIG Combibloc et SIG Beverages. Après avoir déjà abandonné sa division armes en 2000, SIG a ainsi cédé SIG Pack (emballages de produits secs), SIG Kautex (machines pour l'industrie automobile), et SIG Blowtec (fabrication de bouteilles de shampoing et savons).

SIG espère être dans la dernière phase de ses restructurations. L'entreprise, qui employait encore 6800 personnes dans trente pays au milieu de l'année dernière, pèse 1,8 milliard de francs de capitalisation boursière. Jeudi, l'action a reculé de 1,55% à 285,25 francs.