Immobilier

Les prix des logements en PPE devraient baisser cette année

Les prix d'achat des logements en PPE devraient reculer cette année pour la première fois en 17 ans, estime UBS

Sous l'effet de la restriction généralisée des crédits, de la hausse des surfaces vacantes et d'une timide progression des revenus, la contraction des prix d'achat des logements en PPE devrait atteindre 1%.

Du côté des maisons individuelles, les prix d'achat devraient quant à eux stagner en moyenne suisse, relève UBS dans son étude «Real Estate Focus 2016», dévoilée jeudi. L'an dernier, les prix demandés par les vendeurs ont augmenté en valeur nominale de 1,5% pour les logements en propriété par étage (PPE) et de 2% pour les villas, note le numéro un bancaire helvétique.

En dépit de seize années de hausse des prix des logements courants, les frais courants d'un logement en propriété sont depuis le milieu de 2014 inférieurs aux coûts de location d'un objet équivalent. Une première depuis quinze ans, observe la grande banque.

Dans un tel contexte, le nombre de ménages désireux d'acquérir un logement s'est donc accru. Cependant, l'achat d'un logement est devenu de plus en plus difficile. A l'inverse des prix, les revenus n'ont guère augmenté. De plus, les directives des banques relatives à la capacité financière des emprunteurs sont devenues plus strictes.

Endettement hypothécaire plafonné

Désormais, les banques plafonnent l'endettement hypothécaire maximal à cinq ou six revenus annuels. Si, en 2008, la moitié des ménages pouvaient obtenir un financement équivalant à 80% du prix d'achat pour l'acquisition d'un nouveau logement de 120 mètres carrés, ils ne sont actuellement plus qu'un quart, estime UBS.

Une situation qui voit par conséquent les ménages se détourner des régions affichant des prix élevés pour leur préférer celles plus abordables. L'an passé, la Suisse orientale et le Plateau alémanique ont présenté les plus fortes hausses de prix.

Lire également: Les taux négatifs ont surtout profité à l'immobilier

De plus, les acquéreurs révisent leurs attentes en ce qui concerne la superficie des logements. Du fait du besoin relativement moindre en capitaux, le marché de la PPE figure au rang des principaux bénéficiaires de cette évolution. Un type de logement qui devrait de plus en plus remplacer la maison individuelle en tant que forme de propriété, même dans les régions périphériques.

Publicité