Les noms des six finalistes du Prix Swiss Venture Club (SVC) Suisse romande 2020 sont connus. Alors que 80 PME actives sur toute la Suisse romande ont été analysées et visitées par un jury indépendant dont Le Temps fait partie, les nominés représentent la diversité économique de la Suisse romande.

Le jury, présidé par Isabelle Harsch, de la société de déménagement du même nom, présentera le gagnant lors d’une cérémonie au SwissTech Convention Center de l’EPFL le 4 novembre. Durant les six semaines qui précéderont la remise du prix, Le Temps publiera, chaque début de semaine, un portrait des finalistes.

Remis tous les deux ans, le Prix SVC créé en 2005 vise à récompenser des entreprises qui se distinguent par toute une série de critères. Un Prix SVC Genève sera organisé en 2021. Présentation des finalistes par ordre alphabétique:

  • Boschung, Payerne

C’est le leader mondial des balayeuses dont la dernière-née est électrique et autonome. Boschung construit aussi des chasse-neige et des véhicules polyvalents ainsi que des systèmes d’alerte précoce pour la glace. L’entreprise vaudoise a développé ses propres systèmes d’information numériques. Elle emploie 600 collaborateurs dans le monde dont 150 en Suisse.

  • Emile Egger, Cressier

Spécialisée dans les pompes sur mesure, l’entreprise neuchâteloise est présente dans plusieurs secteurs industriels. Leader sur les marchés de produits non standards à haute valeur ajoutée, elle produit annuellement 1500 pompes et vannes destinées à plus de 80% à l’exportation. Emile Egger emploie 460 collaborateurs, dont 194 en Suisse.

  • IMTF, Givisiez

Fondée en 1987, IMTF crée des logiciels pour la finance dans le monde entier. Elle s’est spécialisée dans des solutions de conformité, la lutte contre le blanchiment et la gestion automatisée. L’entreprise fribourgeoise emploie plus de 150 collaborateurs, experts spécialisés métier et informaticiens. Ses solutions sont utilisées par plus de 250 établissements dans 50 pays.

  • Infomaniak, Genève

Ses fondateurs sont les pionniers genevois du développement du web. L’entreprise se spécialise au fil des ans dans l’enregistrement de noms de domaines et l’hébergement de sites et devient le numéro un de Suisse romande. Forte de son expertise et de son indépendance technologique, elle souhaite être une vraie alternative suisse aux GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple). Infomaniak occupe 140 collaborateurs.

  • Richard Mille, Les Breuleux

Richard Mille est fondé en 2001 par Richard Mille et Dominique Guenat, propriétaire des Montres Valgine aux Breuleux. Avec un prix moyen supérieur à 200 000 francs pièce, la marque jurassienne s’est positionnée dans le très haut de gamme. Elle produit quelque 5000 montres par an, compte 50 boutiques et emploie plus de 200 collaborateurs.

  • Willemin-Macodel, Delémont

C’est un leader mondial des machines-outils. Présente en Suisse, en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, l’entreprise jurassienne est active dans les secteurs de l’horlogerie, la bijouterie et la joaillerie, le médical, l’aviation et l’aérospatial, la micromécanique ainsi que dans l’industrie du moule industriel. Willemin-Macodel emploie 335 collaborateurs dont 290 à Delémont.