Les économistes ont prévu cinq des trois dernières récessions, ironise Eric Scheidegger, responsable de la politique économique au Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco), lors d’une conférence de BAK Economics sur le risque de récession, jeudi à Bâle. Les indicateurs sont toutefois inquiétants, à l’image de l’indice PMI des directeurs pour l’industrie. Plus bas qu’en 2015 après la fin du taux plancher, l’indice PMI signale une contraction, même si son niveau n’est pas aussi bas qu’en 2009, indique Alexis Bill-Körber, économiste auprès de BAK Economics. Mais la probabilité d’une récession n’est que de 25% en Suisse, assure-t-il.

Les modèles de prévision sont très fiables pour les prochains trimestres et indiquent tous qu’on évitera une baisse du produit intérieur brut (PIB), mais les modèles ne prévoient pas les chocs externes, politiques par exemple, ajoute toutefois Eric Scheidegger. L’incertitude s’est accrue et rend périlleuses les prévisions à long terme.