Produits de beauté

Procter & Gamble se déleste encore de 43 marques

La société new-yorkaise Coty offre 12,5 milliards de dollars pour conclure l’opération. L’impact suisse de cette transaction (Procter & Gamble emploie 2800 personnes à Genève, Coty, 160 à Versoix) est pour l’heure inconnu

P&G se déleste encore de 43 marques

Beauté Coty en offre 12,5 milliards

Hugo Boss. James Bond 007. Wella. Dolce & Gabbana. Gucci. Ou encore Lacoste. Le géant américain Procter & Gamble (P&G) a annoncé jeudi qu’il avait conclu un accord visant à fusionner 43 de ses marques de parfums, soins pour les cheveux et autre maquillage avec la société new-yorkaise Coty. Montant de la transaction: 12,5 milliards de dollars (11,8 milliards de francs). P&G conserve certaines marques de shampoing comme Pantene.

L’opération fera de Coty l’un des premiers acteurs mondiaux de cette industrie avec un chiffre d’affaires annuel attendu de plus de 10 milliards de dollars (contre 4,6 milliards actuellement). Elle se fera sous la forme «Reverse Morris Trust», ce qui signifie que P&G va dans un premier temps se défaire de ses marques, qui fusionneront ensuite avec une filiale de Coty. Une manœuvre destinée à éviter une trop lourde charge fiscale.

Impact genevois inconnu

L’étape marque une phase «importante» dans le recentrage du portefeuille du fabriquant de Pampers ou Gillette, note le patron de l’entreprise Alan George Lafley, cité dans le communiqué. P&G, qui emploie aujourd’hui 2800 personnes à Genève, a annoncé l’été dernier qu’elle entendait vendre jusqu’à 100 de ses marques pour se concentrer sur la croissance des produits jugés essentiels à l’entreprise. Dernier exemple en date: la cession de la marque de piles Duracell à l’investisseur Warren Buffett en octobre dernier.

A ce stade, l’impact de cette reprise sur l’antenne suisse de P&G est inconnu. «Il est prématuré de donner plus de détails sur le nombre d’emplois concernés aujourd’hui», relève P&G. Une porte-parole ajoute toutefois que l’essentiel des 43 marques est géré depuis Genève. Coty, qui emploie environ 160 personnes à Versoix (GE), n’a pas répondu aux questions du Temps.

Publicité