Electricité 

Les producteurs d’électricité se muent en prestataires de services

Alpiq, pour compenser les pertes dans la production hydraulique, se réoriente dans le secteur des services aux clients. Cette tendance se généralise dans d’autres sociétés électriques

Romande Energie (RE), producteur et distributeur d’électricité dans le canton de Vaud, s’est réveillé il y a quinze jours. Le groupe, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 600 millions de francs, a soudain pris peur.

Alors que d’autres sociétés, comme Groupe E (Fribourg-Neuchâtel), commencent à faire leur marché sur son territoire historique, RE craint de voir échapper de nouvelles affaires dans le secteur des services énergétiques. Ce domaine dégage une forte marge bénéficiaire au moment où la production d’électricité connaît de graves problèmes, comme l’indique la trajectoire d’Alpiq, prêt à vendre la moitié de ses parts dans les barrages.

De 21 à 100 millions de francs

RE a donc annoncé la création, en juillet, d’une nouvelle division Romande Energie Services. Pourquoi créer un département entier chargé de proposer des solutions globales de gestion d’énergie dans les bâtiments à des clients industriels ou des particuliers, alors que le chiffre d’affaires réalisé par le groupe vaudois dans ce domaine représente 21 millions de francs?

Pierre-Alain Urech, directeur général, annonce de grandes ambitions. «Dès 2020 nous voulons être parmi les trois premiers du secteur en Suisse romande, ce qui implique de dégager un chiffre d’affaires de plus de 100 millions de francs». Cette croissance, dans le domaine du chauffage, de la ventilation, de la domotique, des télécommunications et de la gestion photovoltaïque, se fera par acquisitions d’entreprises.

Lire aussi: Romande Energie désire un barrage d’Alpiq

La concurrence est déjà rude dans ce secteur tenu par de petites et moyennes entreprises soudain confrontées aux ambitions des sociétés électriques détenues en majorité par les pouvoirs publics.

Groupe E a par exemple transformé ses points de vente d’électroménager en centres de conseils pour les particuliers désirant revoir l’approvisionnement et la gestion énergétique de leur bâtiment. Onze centres, dont trois dans le canton de Vaud, ont été déployés il y a un an. La société fribourgeoise a aussi installé un système de chauffage à distance par récupération de l’eau du Léman à la Tour-de-Peilz, au coeur du fief de RE.

Un quart dans les services

La répartition des chiffres d’affaires par secteur n’est pas transparente dans les comptes des sociétés électriques, mais pour Groupe E, constitué en holding, on peut estimer que plus du quart de ses revenus annuels de 616 millions de francs provient des services directs aux entreprises ou aux particuliers.

Le groupe bernois BKW se réoriente aussi fortement dans ces activités, via sa société BKW ISP qui emploie plus de 1000 spécialistes en Suisse et à l’étranger, soit 26% du personnel. Vendredi, BKW a annoncé l’acquisition de la société d’ingénieurs allemande Lindschulte, forte de 250 personnes, notamment dans les services énergétiques. Depuis juin 2014, 20 sociétés ont été achetées dans les domaines de la technique du bâtiment.

Alpiq multiplie aussi les acquisitions via sa filiale InTec. Le groupe a notamment avalé Helion solar, numéro un suisse de l’énergie solaire. Histoire d’oublier ses déboires dans la production hydroélectrique.

Lire aussi: Alpiq veut céder la moitié de ses barrages

Publicité