Les annonces successives des Etats-Unis, puis de l’Union européenne, d’une position plus favorable à la levée de la propriété sur les vaccins contre le Covid-19 n’ont pas manqué de provoquer des réactions sur les marchés. Au moment de la déclaration de l’administration américaine mercredi, les titres de la biotech américaine Moderna et ceux de BioNTech, le partenaire allemand du laboratoire Pfizer, sont ceux qui ont enregistré la baisse la plus forte parmi les entreprises disposant déjà d’un vaccin sur le marché.