Les annonces successives des Etats-Unis, puis de l’Union européenne, d’une position plus favorable à la levée de la propriété sur les vaccins contre le Covid-19 n’ont pas manqué de provoquer des réactions sur les marchés. Au moment de la déclaration de l’administration américaine mercredi, les titres de la biotech américaine Moderna et ceux de BioNTech, le partenaire allemand du laboratoire Pfizer, sont ceux qui ont enregistré la baisse la plus forte parmi les entreprises disposant déjà d’un vaccin sur le marché.

La valeur en bourse de Moderna est passée d’environ 177 dollars par action à 162,84, soit une chute de 8,2%. Sur l’ensemble de la journée de mercredi, le titre reculait de 6,19%. Pour BioNTech, le recul a été encore plus important au moment de cette déclaration, puisque le cours de la société allemande a enregistré une baisse d’environ 12,7%, passant de près de 189 dollars à environ 165. Toutefois, à la clôture des marchés, le cours était remonté autour des 170 dollars, et sur l’ensemble de la journée l’action de BioNTech n’a enregistré qu’un recul de 3,45%. Le 3 mai, le titre avait enregistré son pic le plus haut, à 208 dollars par action. A l’ouverture des marchés américains jeudi, Moderna subissait une nouvelle baisse de près de 9%, avec un prix autour des 148 dollars, et BioNTech reculait de 7% à 159 dollars.