Placements

Les produits sur la volatilité? «Aucune valeur à long terme»

Tidjane Thiam, directeur général de Credit Suisse, a donné des explications après la fermeture d’un fonds qui permettait de parier sur la faible volatilité

Tidjane Thiam a affirmé «ne pas pouvoir être plus heureux» de la performance de courtage de la banque dans les six premières semaines de l’année. Les activités dépendantes des marchés ont enregistré un démarrage «fort», avec des revenus en hausse de 10% dans les marchés globaux et de 15% en Asie-Pacifique, a expliqué mercredi le directeur général de Credit Suisse, qui publiait ses résultats annuels.

Lire aussi: Credit Suisse accuse une perte de 983 millions de francs en 2017

Pourtant, le début de 2018 a aussi été marqué par un léger hoquet: la fermeture d’un produit financier, appelé XIV, permettant de parier sur la volatilité. Cette dernière mesure les mouvements sur les marchés financiers: plus elle est faible, plus les marchés sont euphoriques, et inversement. Or, ces dernières années, elle était littéralement inexistante, et parier sur cette faiblesse était devenu un thème d’investissement. Une manière de le faire est de «shorter» – c’est-à-dire de parier sur la baisse – l’un des indices qui mesure la volatilité, comme le VIX pour les actions américaines du S&P 500.

Outil pour investisseurs sophistiqués

Credit Suisse se défend d’avoir encouragé un tel pari. «C’est un outil utilisé par les hedge funds et les investisseurs sophistiqués pour gérer leur risque au cours d’une journée», a expliqué le directeur général de la banque, dans une interview à Bloomberg. «Nous ne le vendons pas, nous le fabriquons. C’est un tiers qui le vend, et il ne le vend qu’à des faiseurs de marché (market makers). Il ne faut pas investir dans ce produit plus longtemps qu’une journée, parce que vous risquez de perdre une portion substantielle de votre investissement», a-t-il poursuivi.

Lire aussi: La transformation de Credit Suisse porte ses fruits

Et c’est bien ce qui est arrivé. Le fonds, dont la popularité est devenue telle qu’il a enregistré jusqu’à 2,2 milliards de dollars sous gestion en janvier, a perdu plus de 90% de sa valeur début février lorsque les bourses ont chuté et que la volatilité est revenue en force. Credit Suisse a donc décidé de fermer ce fonds et de compenser les investisseurs le 21 février prochain, rappelant que le prospectus même soulignait que le produit a «une valeur de zéro à long terme».

Lire aussi: Les investisseurs pris au piège de la volatilité

Publicité