La révolution consumériste n’aura pas lieu. C’est la conclusion à tirer d’un sondage réalisé auprès d’un millier de Genevois et en trois phases. Une première en 2019, année de la mobilisation climatique. Une deuxième lors d’une année 2020 marquée par la pandémie. Et la troisième en 2021, période qui doit conduire à un retour vers la normalité.

Mais quelle normalité? C’est la question à laquelle cette étude tente de répondre. Ses résultats seront présentés ce jeudi à Genève par Sabine Emad, professeure de marketing à la Haute Ecole de gestion (HEG) de Genève, à l’occasion d’une conférence sur les préférences des jeunes générations en termes d’emploi et de consommation, organisée par la HEG, en partenariat avec Le Temps.