La direction du groupe Telefonica a fait peau neuve en un jour. D'un côté, Fernando Abril-Martorell a été nommé jeudi directeur général du géant espagnol des télécommunications. La désignation de ce financier de 35 ans, qui avait quitté l'entreprise en juin dernier, après y avoir occupé différents postes de responsabilité, s'inscrit dans le cadre d'une vaste restructuration des hautes sphères du groupe. D'après El Pais, Fernando Abril-Martorell était une personne très respectée au sein de l'entreprise lorsqu'il était directeur financier en 1997. Toujours selon le premier quotidien espagnol, le nouveau directeur général jouit de plus d'un grand prestige dans le monde de la finance internationale. Au début de l'année, M. Abril-Martorell avait pris ses distances par rapport à certains choix de Juan Villalonga. Il s'était notamment opposé à la vente de certains actifs de la compagnie et il avait émis de vives critiques pendant l'opération de rachat du portail Internet Lycos par Terra Networks. Président de TPI-P, la filiale de publicité de Telefonica cotée sur le Nouveau Marché espagnol, il a quitté le groupe en juin dernier pour commencer une nouvelle carrière. M. Abril-Martorell est soutenu par le noyau dur des actionnaires de la compagnie que sont les grandes banques BBVA et La Caixa et qui possèdent chacunes 13% de l'opérateur.

De l'autre côté, le conseil d'administration de la filiale Internet de Telefonica a nommé Joaquim Agut à la tête de Terra Networks. Cet ancien haut responsable de General Electric Europe âgé de 45 ans est d'origine catalane. Cinco Dias, le premier quotidien économique de la péninsule, souligne que Joaquim Agut avait gagné en 1984, le Prix du «jeune entrepreneur de l'année». Son entreprise qu'il a fondée au début des années 80 (Agut SA) a été rachetée en 1993 par General Electric Powers Controls. C'est dans cette entreprise qu'il a gravi le plus d'échelons pour finalement prendre les rênes en décembre de l'année passée de la zone Europe. Cet ingénieur en électricité qui a fait ses études à l'Ecole polytechnique de Barcelone est considéré par la presse du pays comme un dirigeant redoutable. Sa spécialisation scientifique lui apprit la rigueur et son MBA de l'Université de Navarre, le sens des affaires.