Les auteurs de l'étude ont dressé le profil type du travailleur démissionnaire: c'est plutôt un homme, il est jeune, Suisse, célibataire, depuis peu de temps à son poste et gagnant plutôt un bas salaire. «A cause de cela, les entreprises ont de plus en plus de peine à se constituer un potentiel interne de futurs cadres. Ce d'autant plus que la moitié environ des personnes qui changent d'emploi change également de branche économique», écrivent les chercheurs. Le niveau de formation, lui, joue un rôle assez peu important, mais les travailleurs ayant une formation de haut niveau démissionnent un peu plus.

A l'inverse, lorsqu'un collaborateur est depuis très longtemps au service d'une entreprise, la probabilité qu'il s'en aille s'amenuise. Et de manière générale, lorsque les employés sont fiers de leur société, satisfaits de leur emploi et qu'ils considèrent leur poste comme stable, ils sont moins enclins à partir.