Le promoteur immobilier chinois Kaisa, dont la situation financière inquiète les marchés, a annoncé mercredi suspendre avec effet immédiat sa cotation à la Bourse de Hongkong «dans l'attente de la publication d'une annonce contenant des informations confidentielles». Le groupe de Shenzhen (sud) n'a donné aucune autre explication.

Le 27e promoteur chinois en termes de chiffre d'affaires est l'un des groupes immobiliers les plus endettés du pays. Le secteur immobilier en Chine est globalement plombé par les difficultés d'Evergrande, fleuron du secteur étranglé par une dette abyssale d'environ 260 milliards d'euros.

Face au risque de faillite de plusieurs promoteurs, les acheteurs sont méfiants et le prix des logements neufs se sont inscrits en repli en septembre - une première en Chine depuis six ans.

Un secteur plombé

Dans l'incapacité de rembourser quelque 400 millions de dollars (354,2 millions d'euros) dus sur des intérêts d'emprunt, Kaisa avait proposé le mois dernier à ses créanciers d'échanger leurs obligations contre de nouveaux titres remboursables dans un an et demi. L'offre, qui devait obtenir l'aval de 95% des porteurs, a été rejetée.

Kaisa, qui compte 17 000 salariés, avait été en 2015 le premier groupe immobilier chinois à faire l'objet d'un défaut de paiement sur des obligations en dollars.

Lire encore: Evergrande tutoie le défaut de paiement, Pékin s'invite aux commandes

Cette annonce intervient alors que le poids lourd du secteur, Evergrande, a pour la première fois mardi échoué à rembourser ses créanciers. Le groupe se débat depuis plusieurs mois pour honorer ses paiements d'intérêts et ses livraisons d'appartements. Le 6 novembre, il aurait dû s'acquitter d'un remboursement de 82,5 millions de dollars (73,1 millions d'euros). Evergrande disposait d'un délai de grâce d'un mois supplémentaire pour se mettre en règle. L'échéance a pris fin mardi à la mi-journée (heure de Pékin).