Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le RGPD entre en vigueur le 25 mai.
© 123rf

Technologie

Protection des données: le Conseil fédéral est inquiet du retard suisse

Des entreprises suisses pourraient être désavantagées par rapport à des sociétés européennes, avertit le gouvernement

Le retard pris par la Suisse en matière de protection des données lui fait courir un risque, avertit le Conseil fédéral. Ce vendredi, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) entre en vigueur dans l’Union européenne. Mais la loi suisse sur la protection des données ne sera pas révisée avant 2019, voire 2020, ce qui inquiète le gouvernement.

Lire aussi: Données personnelles: ce qui va changer en Suisse aussi avec le RGPD

Le 15 mars, la conseillère nationale Valérie Piller Carrard (FR/PS) déposait une interpellation auprès du Conseil fédéral avec cinq questions précises sur le retard pris par la Suisse pour moderniser sa législation. Comme le relevait cette semaine le site ICT Journal, le gouvernement a répondu le 9 mai avec un message pointant les risques pour l’économie suisse.

L’économie pénalisée

Le gouvernement parle, pour les entreprises suisses, de «charges administratives supplémentaires et d’une certaine insécurité juridique» liée à la coexistence d’une loi suisse datant de 1993 et d’une nouvelle loi européenne. Pire, si Bruxelles juge que «la législation suisse n’offre plus un niveau de protection adéquat» […], «la libre circulation des données personnelles entre la Suisse et l’UE ne serait plus garantie. L’économie, et en particulier les PME, s’en trouverait pénalisée», avertit le Conseil fédéral.

Le gouvernement donne un exemple: «Un responsable du traitement [de données, ndlr] établi sur le territoire d’un Etat membre pourrait ainsi renoncer à des partenaires commerciaux établis en Suisse et préférer ceux situés dans un Etat bénéficiant d’un niveau de protection des données personnelles adéquat.» […] De plus, ajoute le Conseil fédéral, «on ne saurait exclure le risque que des consommateurs se tournent vers des entreprises européennes pour bénéficier d’une meilleure protection de leurs données personnelles».

Lire aussi: Protection des données: «Nous mettons en danger l’économie suisse»

En deux étapes

Au niveau législatif, la révision de la loi sur les données devrait se faire en deux étapes, le Conseil national devant se saisir d’une partie du dossier lors de la session d’été. Une lettre ouverte, publiée en avril et demandant une accélération du processus, n’avait pas été suivie d’effets. La Commission des institutions politiques du Conseil national, chargée du dossier, se réunit jeudi et vendredi.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)