La brutalité avec laquelle Wall Street, mais aussi les places financières européennes et suisse, ont dégringolé jeudi n’a laissé personne indifférent. Elle a surtout ramené les investisseurs à la réalité. Tout d’abord, la pandémie de Covid-19 n’est de loin pas derrière. Au contraire, une deuxième vague sévit déjà dans plusieurs pays. Ensuite, l’ampleur des dégâts faits à l’économie pendant les trois mois d’arrêt ne peut pas encore être connue. Dès lors, une incertitude totale règne.

Lire aussi: Un Jerome Powell «politique» défend la création d’emplois