Immobilier

La prudence s’impose lors de l’achat d’une maison de vacances

Avoir sa propre maison de vacances: le rêve peut devenir réalité grâce aux bas prix de l’immobilier à l’étranger. Les Suisses jettent leur dévolu sur la Toscane, le sud de la France et les Baléares. La location est toutefois souvent la meilleure solution, avertissent des experts

Peter Moertl, directeur et fondateur de la société immobilière Premier Suisse Estates, s’est entiché des îles Baléares. Majorque, Ibiza et Minorque sont à ses yeux de véritables paradis.

L’expert immobilier constate en particulier une demande accrue pour Majorque en Suisse: «Les investisseurs helvétiques recherchent des investissements stables avec des rendements attrayants dans un contexte de franc fort et de faibles taux d’intérêt.» Des maisons de vacances génèrent dans des endroits attrayants des rendements bruts de plus de 5%, note Peter Moertl.

Un bien immobilier sur trois aux Baléares est vendu à des étrangers. Les Allemands arrivent en tête, alors que les Suisses se classent en sixième position, devançant les Russes. «L’image des beuveries à Palma de Majorque appartient au passé. Les îles Baléares sont désormais considérées comme des destinations pour la famille avec une qualité de vie élevée», fait-il remarquer.

Précieux conseils

Peter Moertl avertit toutefois: «En période d’incertitude économique, il est préférable de recourir à la location.» L’avocat Christian Kälin, associé chez Henley & Partners à Zurich, conseille également de louer plutôt que d’acheter. Dans ses recherches, il est utile de se rendre plusieurs fois sur place, d’y connaître des gens ou de connaître le meilleur avocat, souligne-t-il.

Christian Kälin est l’auteur d’un manuel immobilier, dans lequel il a compilé pour 18 pays les critères à prendre en considération lors d’un achat, y compris les questions fiscales, d’héritage, de séjour et de domicile.

Acheter un bien immobilier dans un pays comme la France reste le plus simple et le plus facile. «Le notaire y est personnellement responsable», indique Christian Kälin. Reste que les achats immobiliers à l’étranger sont toujours différents de ceux en Suisse.

«Nous sommes habitués à certaines protections. Par exemple, l’achat d’un immeuble est valable uniquement lorsqu’un acte authentique est établi. Dans d’autres pays, comme l’Espagne, il n’existe pas de telles sécurités», relève-t-il.

Paradis croate

Outre la France, l’Espagne et l’Italie, la Croatie est également un pays attrayant pour les acheteurs. «Le rapport qualité-prix y est très bon», indique-t-il. Avec quelques dizaines de milliers de francs, il est possible d’acheter des maisons dans les plus beaux endroits.

Christian Kälin conseille de considérer les biens immobiliers à l’étranger comme des placements. «Bien qu’il s’agisse d’un investissement à long terme, les maisons de vacances sont des objets de consommation en raison des coûts d’entretien», estime-t-il.

Les rénovations nécessitent des clarifications. Celui qui ne connaît pas les règlements de construction ou les exigences des autorités locales risque d’avoir des surprises lorsqu’il veut faire des travaux, souligne Michel Benedetti, porte-parole de la société immobilière IAZI.

Agents avides

«De nombreuses personnes se retrouvent en difficulté, car elles ne connaissent pas les conditions locales», ajoute-t-il. Ce dernier met en particulier en garde contre les agents immobiliers avides.

«Les agents à l’étranger vendent rapidement une maison ou un appartement. Les inconvénients et les défauts apparaissent seulement plus tard. En Suisse en revanche, le prêteur procède à sa propre estimation de la valeur du bien immobilier. De nombreux instituts évaluent l’objet sur place, ce qui constitue une certaine protection contre des prix excessifs», explique-t-il.

Les banques du pays ne financent toutefois guère les propriétés à l’étranger. Les commérages de village peuvent être utiles. Il est impératif de bien s’entourer et de regarder attentivement autour de soi sur place. Et de mûrement réfléchir avant d’apposer sa signature, conseille Michel Benedetti.

Publicité