Presque un record. Mardi, les bourses américaines ont clôturé leur séance sur une nouvelle note positive. Une hausse qui vient confirmer une évolution un peu inattendue en mars dernier alors que les indices s’écroulaient jour après jour, dans l’inquiétude de la propagation du coronavirus: entre avril et juin, Wall Street a connu son meilleur trimestre depuis 1987 pour le Dow Jones Industrial Average avec un bond de 17,8%. Le S&P 500 à, quant à lui, connu ses trois mois les plus prolifiques depuis 1998 avec une hausse de 21,6% et depuis 1999 pour le Nasdaq Composite avec une envolée de 30,6%.