«PSP Swiss Property évalue correctement son portefeuille», lance Mario Dawatz, analyste chez Vontobel. La société immobilière zurichoise a publié mardi ses résultats annuels. Ils font preuve de stabilité alors qu'elle évolue dans un environnement hostile: les immeubles de bureaux. PSP a même réduit quelque peu le taux de vacance de ses locaux, à 11,7% (12% en 2003). Lors de l'exercice 2004, le portefeuille de PSP a été réévalué de 14,5 millions. «Un chiffre minuscule», si on le compare au portefeuille immobilier global de la société, qui s'élève à 4,3 milliards de francs. «Mais c'est un chiffre positif.»

La valeur nette des immeubles par action est de 51,8 francs, en progression de 1,5%. Cela implique une décote du cours en Bourse face à cette valeur nette, de 3%. Le titre est bon marché quand «on le compare au reste du secteur qui se paie avec une prime de 7%», précise Mario Dawatz. PSP augmente son dividende à 1,98 franc (1,65 franc en 2003). Il sera payé sous la forme d'une réduction de la valeur nominale du titre, un système net d'impôt. Ainsi le rendement du titre, un des critères essentiels pour juger d'une société immobilière, s'établit à 4%.

Bénéfice triplé

La progression des loyers résulte de l'acquisition, scellée en avril dernier, de REG Real Estate Group. Les revenus d'immeubles ont augmenté de 26,6% à 207,5 millions de francs. Sous l'effet d'éléments extraordinaires, le bénéfice net a plus que triplé en 2004, à 183 millions de francs. Cependant, épuré de ceux-ci, le bénéfice net par action a reculé de 9,7%. L'augmentation de capital a dilué les résultats.

Malgré l'environnement difficile, PSP anticipe pour 2005 une progression du bénéfice opérationnel, avant amortissements et réévaluation du portefeuille, de 6,9%. Suite à ses résultats, l'action est restée hier quasiment inchangée.