Installée à Bagnes en Valais, la petite start-up suisse OrphAnalytics a fait parler d’elle à l’étranger ces dernières semaines. Son nom a été cité par les journaux français Le Parisien et L’Est républicain dans le cadre d’articles relatant les nouveaux développements de l’affaire Grégory Villemin. Selon eux, des analyses stylométriques menées par l’entreprise auraient relancé l’enquête sur le décès du petit garçon retrouvé mort en 1984 dans une rivière des Vosges.

«Nous ne pouvons pas commenter les affaires judiciaires en cours, ni confirmer que nous travaillons dessus», martèle pourtant Claude-Alain Roten, cofondateur et patron de la jeune pousse. Pour autant, la stylométrie est bien le cœur d’activité d’OrphAnalytics. Cette discipline du domaine de la linguistique consiste à utiliser des outils statistiques pour analyser le style d’un texte (syntaxe, longueur des mots utilisés, leur récurrence…) pour en identifier l’auteur.