Le mouvement de concentration des banques régionales touche aussi les plus grandes. Quatre des plus importantes banques régionales de Suisse (en fait trois groupes) ont annoncé, vendredi à Zurich, leur regroupement pour mieux faire face aux mutations attendues dans le secteur, notamment en matière de refinancement et de hausse des coûts. Interregio Bank IRB (basée à Reinach en Argovie) et la Luzerner Regiobank (LRB) vont en effet rejoindre la banque de détail Valiant et la banque de gestion de fortune Valiant Privat Bank AG, toutes deux basées à Berne. L'opération prendra la forme d'une fusion par absorption au sein de Valiant Holding, avec effet rétroactif au 30 juin 2002.

Avec un bilan total de plus de 17 milliards de francs, le nouveau groupe pèse près d'un tiers du total du bilan des 77 banques régionales RBA (dont une dizaine de romandes). «Par cette opération, nous accédons pratiquement au top ten des banques suisses», s'est exclamé Kurt Streit, président de la direction de Valiant Holding.

En fait, par la taille du bilan, le nouveau Valiant Holding occupera la onzième position parmi les banques de détail (retail banking) en Suisse. Si Valiant Holding est cotée sur le segment principal de la Bourse suisse, où elle affiche de bonnes performances, la Luzerner Regiobank n'est cotée que sur le segment annexe.

L'aire d'influence du nouveau groupe offre en outre de nouvelles perspectives de développement dans un bassin de population de 2 millions d'habitants, répartis entre les cantons de Lucerne, Argovie (sud du canton), Berne et Fribourg, où Valiant s'est implanté par le biais d'acquisitions dans les districts de la Singine et du Lac (Morat).

Déplacement du siège à Lucerne

Le nouveau Valiant Holding emploie plus d'un millier de collaborateurs dans 85 succursales et dessert plus de 400 000 clients. «La complémentarité géographique joue à plein. Il n'y a aucun recouvrement territorial. Ce rapprochement ne cannibalise aucune de nos activités», a tenu à rassurer Rudolf Merz, le président de IRB, le plus petit des trois établissements. Les dirigeants se sont par ailleurs déclarés confiants dans l'approbation de l'opération par les actionnaires en décembre.

Qui dit fusion dit pourtant synergies ou économies. A combien s'élèveront celles-ci? «L'objectif vise à accroître le potentiel bénéficiaire de 10 à 20%, soit une amélioration du bénéfice de 20 millions de francs au plus par année, impliquant une réduction des effectifs d'un peu moins de 10% d'ici 24 à 30 mois», a encore précisé Kurt Streit, en soulignant que la réduction interviendra dans le cadre des départs naturels, donc sans licenciements. L'objectif stratégique vise à réduire les coûts du nouveau groupe au niveau de ceux de la Banque Valiant (voir tableau ci-dessus). Les trois groupes peuvent s'appuyer sur une expérience probante en matière d'intégration, puisqu'ils sont tous les trois issus d'une succession de fusions et de rapprochements.

Le siège juridique de Valiant Holding sera en outre déplacé de Berne – où subsiste le siège opérationnel – à Lucerne. «C'est là une concession de notre part, mais celle-ci n'aura qu'un impact fiscal négligeable pour Berne», a expliqué Roland von Büren, président du conseil d'administration de Valiant Holding, mais aussi président de la Commission de la concurrence (Comco). A ce titre, Roland von Büren n'a pas échappé à la question des conflits d'intérêts. La transaction doit en effet encore être approuvée par la Comco. Roland von Büren précise qu'il s'abstient de participer à de nombreuses décisions de la Comco touchant le secteur bancaire.

Partenariat avec LODH

Ce rapprochement vise à permettre à IRB et à LRB d'accéder aux conditions de refinancement avantageuses du groupe Valiant (notes de Moody's A2 à long terme et P1 à court terme). Les crédits hypothécaires (soit l'essentiel des affaires de ces banques) sont pour l'instant financés à 80% par des fonds d'épargne. Ces derniers vont fondre comme neige au soleil dès que les taux d'intérêt vont remonter. D'où la nécessité invoquée d'un refinancement plus avantageux.

Les clients des deux banques auront aussi accès aux prestations de gestion de fortune (private banking) de Valiant Privat Bank, liée à la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch (LODH). Valiant Privatbank prévoit d'ouvrir plusieurs nouvelles succursales, en premier lieu à Aarau et à Lucerne.