Soigner son profil dans les réseaux professionnels en ligne, comme LinkedIn ou Xing, détailler son parcours, donner une adresse e-mail sur laquelle les recruteurs peuvent vous contacter. Soigner également la photo. L’un et l’autre font office de carte de visite et de CV, aux yeux d’un recruteur. Ils doivent être traités comme tels.

Sur la Toile, séparer ses réseaux professionnels et privés (Facebook, par exemple). Sur les premiers, rester pro et accepter de nombreux contacts. Sur les seconds, limiter le plus possible l’accès à des amis connus et réellement considérés comme tels; éviter si possible d’accepter des relations professionnelles et de mélanger les genres. Activer les paramètres de confidentialité pour protéger les informations que l’on ne souhaite pas partager.

«Googliser» soi-même son propre nom régulièrement pour vérifier quelles données apparaissent et pouvoir faire le ménage le cas échéant. Nettoyer notamment tout ce qui n’est plus à jour et donne une image négative – d’anciennes photos, par exemple.

Eviter de laisser volontairement traîner des traces négatives, ce que les Américains appellent la saleté digitale (digital dirt): photos déjantées, propos cavaliers ou commentaires désobligeants. Là aussi, ne pas hésiter à faire le ménage.