Quatre mois après ses débuts, Salt baisse ses tarifs de téléphonie

Télécoms C’est le premier «effet Xavier Niel»: l’opérateur simplifie sa structure tarifaire et lance cinq nouveaux abonnements

Il aura fallu attendre huit mois pour qu’Orange, renommé Salt en avril, baisse ses prix après avoir été racheté par Xavier Niel. L’homme d’affaires français, qui avait secoué le marché hexagonal en lançant Free mobile et ses tarifs cassés, a racheté Orange en décembre dernier pour 2,8 milliards de francs. Depuis, l’opérateur s’était refusé à lancer une guerre tarifaire contre Swisscom et Sunrise. Mais les choses changent. Lundi, l’opérateur basé à Renens (VD) a dévoilé une nouvelle structure tarifaire simplifiée.

Dans le détail, l’opérateur lance cinq abonnements, pour la plupart forfaitaires. Ils remplacent les offres appelées «Me», qui permettaient à l’utilisateur de construire son abonnement sur mesure via 224 combinaisons possibles, en choisissant par exemple s’il voulait des SMS illimités, ou des appels en Suisse, ainsi qu’un certain volume de données pour accéder à Internet. Parmi les cinq nouveaux abonnements, appelés «Plus», celui nommé «Swiss» est celui qui correspond à une offre forfaitaire classique en Suisse: SMS illimités, appels illimités vers tous les réseaux et accès à Internet sans contrainte. Il coûte 59 francs par mois (69 francs avec le subventionnement d’un mobile).

A titre de comparaison, l’abonnement le plus proche de Sunrise («Relax»), qui impose une limite de volume de données de 10 Go, coûte 65 francs par mois. La comparaison avec les tarifs de Swisscom est plus compliquée, l’opérateur changeant la vitesse de connexion selon les abonnements – son offre illimitée moyenne est de 99 francs («Infinity Plus M», qui comprend aussi des services de roaming).

Que penser des nouveaux tarifs de Salt? «La comparaison avec la concurrence montre que Salt est moins cher que Swisscom et Sunrise: cela vaut autant pour les petits consommateurs que pour les moyens et les gros», écrivait Comparis lundi dans une note. Autre analyse effectuée par le site de comparaison: un abonnement pour plus petits utilisateurs, qui coûtait jusqu’à présent 65 francs, en coûte désormais 39 chez Salt. Cet opérateur offre par ailleurs des rabais pour les moins de 30 ans et les plus de 65 ans.

Les opérateurs virtuels sont moins chers

Dans une interview publiée dans la dernière édition de la SonntagsZeitung, Johan Andsjö, directeur de Salt, avait affirmé que certaines de ses nouvelles offres allaient être «jusqu’à 45% meilleur marché que la concurrence». Mais l’opérateur n’est globalement pas le moins cher. «L’utilisateur moyen paie, en utilisant les services de M-Budget Mobile ou d’UPC Cablecom, 10 francs de moins qu’avec Salt», note encore Comparis. Le site spécialisé soulève un autre point: les abonnements de l’opérateur sont d’une durée minimale de 12 ou 24 mois. Ce n’est plus le cas chez Swisscom et Sunrise, qui n’imposent pas de contrat de ce type lorsque l’on ne bénéficie pas de smartphone subventionné.

Salt, numéro trois du marché de la téléphonie mobile avec quelque 2,16 millions de clients, ne prévoit pas de supprimer des emplois ces prochains mois, affirmait encore ce week-end son directeur. L’opérateur évalue la possibilité d’ouvrir de nouveaux magasins .