Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les énergies propres (ici, une pale d’éolienne acheminée vers un parc des BKW dans le Jura) deviennent de moins en moins chères au fur et à mesure que la demande s’accroît, ce qui améliore le rapport de risque/rendement pour les investisseurs.
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT / Keystone

Un œil sur la place financière

Quatre stratégies gagnantes pour 2018

Du réveil de l’Europe de l’Est au boom des infrastructures via les révolutions technologiques, quelques idées d’investissements pour la nouvelle année

En ce début d’année, chaque investisseur se pose la même question: quels vont être les placements gagnants en 2018? Ce genre de prédiction est toutefois un exercice périlleux qui s’avère fréquemment futile et il est ainsi souvent plus sage de tenter d’identifier des tendances sur le long terme ou des thèmes originaux qui pourraient être porteurs de façon durable.

Infrastructure cotée: bénéficier de plans d’investissements massifs

Dans notre environnement de taux bas et de valorisations élevées, les investissements en infrastructure constituent une alternative attrayante grâce à leurs rendements potentiels élevés et à leur bonne résistance au cycle économique et à l’inflation. Faiblement corrélés aux marchés financiers et aux autres classes d’actifs, peu sensibles aux cycles économiques, ces placements offrent de plus une diversification bienvenue.

Attrait supplémentaire pour des investisseurs de plus en plus sensibles aux questions éthiques, il s’agit de projets concrets, tels que des hôpitaux, des écoles, des autoroutes, des ponts, des tunnels, des chemins de fer, des équipements publics ou des réseaux de télécommunication, qui présentent de clairs avantages pour la société.

Ces investissements sont le plus souvent mis en œuvre à travers des investissements publics ou des PPP (Partenariats Public-Privé), structures peu liquides et réservées à des investisseurs institutionnels. Cependant, il existe des sociétés cotées qui permettent de jouer indirectement cette thématique. C’est notamment le cas des entreprises qui bénéficient de contrats à long terme pour la construction, la maintenance ou le fonctionnement d’infrastructures dans le domaine des transports, de l’énergie, de l’infrastructure sociale, des pipelines, ou de la distribution et le traitement de l’eau.

Nouvelle Europe: le soleil se lève à l’est

Une autre thématique qui mérite notre intérêt est celle du réveil de la Nouvelle Europe, c’est-à-dire l’Europe de l’Est et certains marchés émergents négligés de l’est de l’Europe comme la Grèce, la Turquie et la Russie. En effet, si l’Europe occidentale connaît quelques titres ou secteurs oubliés, dans cette région, ce sont des marchés entiers qui sont délaissés.

De fait, les actions d’Europe de l’Est se traitent le plus souvent à des PE à un seul chiffre et à des rendements du dividende supérieurs à 5%. Or, il existe dans cette zone de nombreuses sociétés de très haute qualité qui présentent toutes les caractéristiques que l’on recherche dans les entreprises des marchés plus développés.

Les investissements significatifs consentis actuellement dans la région par l’Union Européenne, notamment en Pologne qui reçoit un soutien de plus de 70 milliards d’euros pour les exercices budgétaires 2014 à 2020, pourraient bien constituer l’élément déclencheur du rattrapage de ces marchés, d’autant que des pays plus petits, comme l’Estonie, la Hongrie, la République tchèque et la Bulgarie, reçoivent également un support important de la part l’UE.

Contre-intuitivement peut-être, il apparaît plus intéressant de privilégier les plus petites entreprises, libres de se concentrer sur ce qu’elles savent faire et qui s’inspirent de leurs homologues d’Europe occidentale, plutôt que les grandes sociétés, plus vulnérables aux risques extérieurs, notamment le risque politique.

Energies propres: la 4e révolution industrielle est en marche

La prise de conscience mondiale des risques climatiques et les innovations technologiques ont changé la donne: la révolution énergétique semble aujourd’hui effectivement en marche. En effet, les énergies propres ont désormais franchi un point d’inflexion majeur en ne dépendant plus aujourd’hui des subventions étatiques pour être compétitives. De fait, si on prend en compte le coût global de l’électricité sur toute la durée de vie de l’équipement qui la produit, l’électricité d’origine solaire ou éolienne est désormais moins chère à produire que celle provenant du charbon, du pétrole ou du nucléaire.

Entrée dans un cercle vertueux, la technologie des énergies propres devient de moins en moins chère au fur et à mesure que la demande s’accroît, ce qui améliore à son tour le rapport de risque/rendement pour les investisseurs.

S’il bénéficie naturellement en premier lieu à notre planète, ce changement de paradigme peut également constituer un investissement rémunérateur, car de nombreuses sociétés actives dans ce domaine sont désormais cotées en bourse. C’est notamment le cas pour les panneaux photovoltaïques et les éoliennes, ou pour les solutions de stockage d’énergie.

Innovations disruptives: des changements toujours plus rapides que prévu

De nombreux secteurs subissent actuellement des changements structurels fondamentaux sous la pression d’innovations disruptives, qui constituent ainsi un thème d’investissement majeur. C’est notamment le cas pour la vente en ligne, qui a totalement remis en question le commerce de détail, ou encore pour les véhicules électriques et autonomes, pour l’automatisation industrielle ou les registres décentralisés (la fameuse blockchain).

Pour l’investisseur, il est possible de jouer cette thématique aussi bien à la hausse qu’à la baisse, par exemple en misant sur des gagnants de l’e-commerce, tout en pariant sur le recul des distributeurs traditionnels qui apparaissent incapables de se remettre en cause. On constate d’ailleurs souvent que les entreprises qui sortent gagnantes de ces bouleversements sont des nouveaux venus, comme Amazon ou Tesla, et non pas des acteurs installés qui devraient pourtant bien mieux connaître le marché.

L’une des solutions les plus sûres pour naviguer dans les marchés reste la diversification. Investir dans des thèmes fortement différenciés en se reposant sur une gestion active et concentrée ajoute à cette diversification et apporte un potentiel de performance supplémentaire dans un portefeuille. C’est la meilleure recette pour l’année qui commence et pour le futur en général.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)